Prong + Steak Number Eight + Man.Machine.Industry @ Divan du Monde (Paris), le 26 Mars 2016

Une belle date de concert un soir de dimanche de Pâques, ça fait plaisir de voir que tout le monde n’est pas à se gâver de chocolat et supporter les repas de famille 🙂

La salle est bien remplie, les balcons malheureusement fermés, mais ce sera une bonne affluence tout de même.

Man.Machine.Industry

propose une musique un peu industrielle, avec quelques bons plans, mais ce n’est pas vraiment terrible. Plaisant, mais rien qui ne donne envie d’y revenir par la suite. Le chant ne colle pas vraiment, on sent cependant que les gars ont du métier mais je ne sais pas si leur carrière arrivera à décoller avec ça.

Steak Number Eight

J’en avais écouté un peu il y a quelques mois et n’avait été que peu surpris, mais j’étais curieux de jauger le groupe en live et voir ce que leur musique avait à nous offrir.
Et ce fut une véritable bonne surprise. Une énergie énorme, une sorte de noise, teintée de métal. En tous cas le concert passe bien trop vite, 45 minutes de plaisir, de folie. Le son est excellent, c’est une superbe surprise que voila. J’ai hâte de les revoir.

Prong

Après avoir vu de nombreuses dates de Prong, j’attendais quand même celle-ci de pied ferme. Il faut dire que le tout récent album revient à une qualité très intéressante.
Le trio débarque devant la salle bien pleine. Et c’est parti pour un set qui s’avère plutôt bon, mais malheureusement bien trop court car 1H15 seulement.
C’est très frustrant. D’autant que j’aimerais plus de morceaux, voire l’intégralité de « Rude Awakening », mais bon c’est le commentaire que je fais après chaque concert, il va falloir que je m’y fasse.
Pas mal de morceaux récents et quelques vieilleries également, mais tout est au même niveau. Excellente interprétation, et cette fois-ci ce n’est pas Tommy Victor qui m’impressionne mais bien le batteur. Il balance sa rythmique comme un fou et le groupe ne peut se tromper avec un tel métronome.

Une très bonne soirée avec un groupe qu’on ne se lasse pas de voir et d’écouter. D’autant que Tommy Victor arbore un grand sourire pendant le concert.