DesertFest @ London (UK), du 6 au 8 avril 2012

desertfest1

Pour sa première édition, le DesertFest fait fort car ils ont préparé deux sessions, la première ayant lieu à Londres ce WE pascal, la seconde se déroulera à Berlin dans deux semaines.

3 salles sont disponibles /

UNDERWORLD

Salle principale du festival. Bien connue des amateurs de musiques à Londres, cette salle organise de nombreux concerts. Quelques 500 personnes peuvent y apprécier les shows. On y circule assez bien, quelques bars sont répartis dans la salle pour abreuver le rockeur assoiffé. On ne voit pas super bien étant donné que la scène n’est pas très haute. Il vaut mieux ne pas se retrouver dans le fond de la fosse si on veut profiter de quelque chose visuellement.

PURPLE TURTLE

« Petite » salle très sympathique, on y voit assez bien, mais il y a très souvent du monde, du coup il fait vite très chaud et moite. Cependant je pense que lorsque l’on a une bonne place, un bon show, c’est la meilleure salle pour y apprécier un groupe.

BLACK HEART

au dessus d’un bar sympathique se trouve cette petite salle, la scène étant assez petite également. Cela me rappelle assez fortement les Combustibles à Paris. Sauf que cette scène est surélevée de quelques centimètres (une vingtaine), du coup ça change tout.

L’Underworld et la Black Heart sont très proches, à quelques dizaines de mètres, la Purple Turtle est par contre à 7 min à pied, ce qui peut être un peu long quand les horaires des groupes se chevauchent de trop près.
Le running order est à la mode du Roadburn, difficile de voir les sets en entier, il y a souvent trois groupes qui jouent simultanément, ce qui est une horreur pour le festivalier car il n’y a quasiment que des groupes de qualité. Dur de voir des concerts en entier lorsque l’on souhaite découvrir les groupes, profiter un maximum. Ce n’est pas un mode marathon, mais on peut s’y rapprocher parfois.

Le public est varié, par contre je n’ai pas trop compris pourquoi certains concerts étaient bien complets, d’autres presque vides alors que c’étaient des groupes avec une certaine renommée. Bref ce n’est jamais évident de deviner à l’avance ce qui va plaire ou non .. et la distance des deux salles principales a du en rebuter plus d’un.

Le merchandising présent était essentiellement celui des groupes du festival. Les tarifs très abordables de manière générale, à part certains groupes affichant des tarifs extravagants (notons Corrosion of Conformity : 25£ le double lp, Black Cobra : 15£ les lp alors qu’on les trouve à Paris à 12€, Zoroaster aux lp à 25£ également …). A part ces quelques exemples, le reste était vraiment abordable, et il y en avait pour tous les prix.
Dommage cependant qu’il n’y ait pas eu de distributions présentes, histoire d’étoffer le choix des achats.

Vendredi 6 Avril

DesertWeblineup.indd

Arrivée dans la ville le matin même, le festival commence à 15H, ce qui laisse largement le temps d’apprécier une première pinte dans une des rares Biergarten de la ville avant d’aller se saouler de musique.

PONAMERO SUNDOWN (PURPLE TURTLE)

J’en vois deux morceaux, une sorte de southern-rock sympathique mais pas foncièrement original. On en retient pas grand-chose, genre de groupe qui passe dans un bar pendant qu’on discute avec des potes, bref c’est un démarrage en douceur ..

STUBB (PURPLE TURTLE)

On change tout de suite de registre, le son est assez fort mais bon (ce qui sera tout le temps le cas dans cette salle). Un rock assez efficace avec des solis plus longs qu’usuellement, parfois aux limites de l’improvisation. On sent une certaine influence Jimi Hendrix. C’est bien rock’n’roll, bien entrainant. Une très bonne surprise. Je connaissais un peu leur album mais ai réussi à être surpris en live. A suivre !

TRIPPY WICKED (PURPLE TURTLE)

Le batteur reste le même que le groupe précédent et le bassiste devient chanteur-guitariste. Un très bon rock, bien dynamique avec une voix un peu haut perchée. Il faut quelques minutes pour s’y faire, c’est assez original. Le son est toujours très bon, la guitare est bien grasse comme on les aime, c’est une vraie excellente surprise que voila.

SONS OF ALPHA CENTAURI (UNDERWORLD)

La salle a decidé de changer un peu les heures de passage, donc je rate les 15 premières minutes alors que je pensais être à l’heure. Rock instrumental très inspiré par Karma To Burn (et pour cause, ils ont fait des splits ensemble,etc .. ). Ils ont un look de petits jeunes faisant du rock, cela donnant un air un peu décalé avec leur musique. Les morceaux sont longs mais bien structurés. A noter des samples qui ajoutent une autre dimension à la musique. Bon concert.

GONGA (BLACK HEART)

La toute petite salle est bien bondée. Je suis venu pour découvrir le groupe en live après avoir entendu un morceau qui donnait assez envie. Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus métal mais en fait c’est assez stoner, certes lourd, mais plus proche d’un trip Earthless en version plus couillue. Ca joue plutôt bien, c’est intéressant mais je m’attendais vraiment à quelque chose d’autre et je zappe assez rapidement pour aller voir le groupe suivant dont l’horaire de passage chevauche allègrement.

GREENLEAF (PURPLE TURTLE)

Une nouvelle fois, la salle sera comble. Une nouvelle fois je me suis un peu trompé sur mes attentes. Je pensais que c’était beaucoup plus stoner et percutant, au final on se retrouve avec un bon groupe de rock sans plus. Je ne tiens pas plus de deux morceaux, je n’arrive pas à accrocher, alors que sur album cela m’avait plutôt plu. Etrange. Du coup j’en profite pour faire ma pause diner avant de continuer.

ASTROHENGE (BLACK HEART)

Je choisi de ne pas voir les excellents ROTOR afin d’aller découvrir ce groupe (et le suivant par la même occasion).
Ils mettent un certain temps à démarrer, puis ça commence fort. Les deux guitaristes sont à même le sol dans le public, qui est vraiment très peu nombreux.
Super énergique, ça envoie du lourd, c’est vraiment très bon et c’est donc une excellente surprise. A approfondir sur album. Je ne peux rester car je veux voir le set des suivants

SIGIRIYA (PURPLE TURTLE)

Une nouvelle fois, très peu de monde à ce concert. Je les attendais car j’avais bien apprécié leur album. En live c’est excellent, d’autant que le public présent se laisse prendre au jeu et l’ambiance est du coup très bonne. Le sludge des Sigiriya va faire mouche et ravir tout le monde. Un des meilleurs concerts du jour.

KARMA TO BURN (UNDERWORLD)

Après la date à Paris la veille, les voici à Londres. Toujours cool de voir un groupe deux soirs d’affilée dans une ville différente. Et ce soir, l’underworld est bondé. C’est LE groupe attendu de la journée on dirait.
Et le groupe assurera comme à l’accoutumée, avec la même setlist que la veille.
Au niveau ambiance, je crois que c’était le concert le plus fou, le plus rock’n’roll du festival. On a eu droit à une bière volante au dessus d’une bonne partie du public, d’une baston (quelques personnes à terre par deux fois, pas trop compris .. ), d’un mec complètement sonné escorté par ses potes (on se demande toujours s’il y a un mort ..) , d’une fille topless qui slame et qui ira faire chier les musiciens sur scène ensuite. Le batteur ira même donner ses baguettes lui-même à quelqu’un de l’assistance, première fois que je vois ça en milieu de concert. Bref, ambiance très cool, très vivante, le headbanging et le pogo (raisonnable) sont de rigueur.
Un concert assez classique de la part du groupe, les zicos toujours à fond (et le batteur-SDF tout particulièrement), le public très réactif, ce qui est normal vu la qualité du concert.

ORCHID (PURPLE TURTLE)

Et voila, dur d’enchainer avec ce groupe de heavy doom traditionnel. Il y a certes pas mal de monde pour ce dernier concert de la journée, mais personnellement, cela ne me parle pas, je ne suis pas spécialement attiré. Après quelques morceaux, je préfère quitter la salle que de me facher avec le groupe (car je les aime bien sur album).

C’est assez appréciable de finir la journée de concert assez tôt, il est ensuite possible de faire les after dans deux des trois salles, de profiter d’un bar de Camden ou bien d’aller se reposer avant la suite du festival qui promet encore de bien belles choses.

Samedi 7 Avril

DesertWeblineup.indd

Nouvelle journée de festival, youpi.

ZIPPO (UNDERWORLD)

Non je ne ferai pas de jeu de mot avec le nom de ce groupe.
J’ai pu découvrir les italiens avec leur dernier album « Maktub » vraiment intéressant, et j’attendais de voir le rendu live.
Peu de monde à cette heure (14H), pour un concert plutôt pas mal mais sans plus. Les morceaux sont destructurés et du coup ce n’est pas assez catchy pour qu’on garde vraiment 100% de notre attention. Difficile à expliquer d’autant plus que j’apprécie leur musique.

SHRINE’69 (UNDERWORLD)

Musicalement, c’est une sorte de rock façon Black Sabbath en 100 fois moins bien évidemment. Je ne tiendrai pas plus d’un morceau, faute au chanteur principalement. Un très grand dadais qui ne sait comment mouvoir son corps, du coup sa gestuelle est horrible à un point à peine supportable. Si on veut apprécier la musique, il faut faire abstraction de lui en fermant les yeux ou en trouvant un subtil autre moyen (les poteaux ? 😉 ). Je préfère zapper totalement, mais j’avoue que c’est vraiment difficile à supporter. Oui juger un groupe sur le physique c’est mal … mais là je ne parle que du chanteur, on aurait pu continuer avec le bassiste .. etc ..

STEAK (BLACK HEART)

Pareillement que pour Zippo, je vais éviter les mauvais jeux de mots. Mais bon ils le cherchent un peu quand même non ?
La musique est pas vraiment originale, mais ce stoner-rock virant vers le métal est efficace, bien fait, et très cool.

MEADOWS (PURPLE TURTLE)

On enchaine avec ce groupe (en lieu et place de voir les excellents ROADSAW que j’ai pu voir au Roadburn il y a quelques années déjà, mais place à la découverte !).
Un sludge bien bourrin. Encore une fois peu de monde et pourtant la qualité est là. Le groupe s’offre le luxe de faire, en moins d’une minute, 3 morceaux de grind.
L’énergie est bien présente, tout le public content d’avoir assisté à ce bon concert. Excellente surprise. A suivre !

ASHES OF IRON (BLACK HEART)

Je continue de privilégier la découverte à ce que j’aurai déjà vu, et même si je les apprécie beaucoup, je zappe donc Sungrazer.
Le groupe ici présent nous propose un stoner rock pop bien efficace. Peu de monde aura eu la curiosité de venir voir le groupe et c’est bien dommage car une nouvelle fois la qualité est bien présente.
Très cool, parfois les morceaux sont de structure pop et soudain un énorme riff bien stoner fait son apparition. Le chanteur est très maniéré, mais assure. Cela colle vraiment bien, et je promets un bel avenir à ce groupe.

IRON WITCH (PURPLE TURTLE)

Un sludge assez classique, le chanteur ayant la particularité de porter un bandana sur la moitié du visage. Pas de vraie surprise, intéressant à voir mais pas transcendant.

ALUNAH (BLACK HEART)

Du doom chanté par une fille, voila qui est un peu original. D’autant qu’elle joue de la guitare en même temps. J’avais découvert juste avant de venir, et c’est vrai que c’est particulier, du coup il n’y a certes plus de surprise, mais plutôt une confirmation qu’en live, ça le fait bien.
Un peu répétitif, mais il faut juste rentrer dans la musique et c’est que du bonheur.
Je ne reste que quelques morceaux pour ensuite aller voir le groupe suivant.

TRUCKFIGHTERS (UNDERWORLD)

Sont apparemment très attendus. La salle est très remplie, ce qui me surprend car à Paris, il y a deux ans, on n’était qu’une cinquantaine de curieux fans.
Là, l’ambiance va exploser, le groupe sautillant partout, ce sont de vrais poseurs, mais le guitariste balancera ses plans sans problème. D’aucuns pourraient facilement critiquer le groupe, mais voila, ce soir on a de vrais zicos qui ne cherchent pas à faire dans la dentelle mais seulement à proposer un bon moment de rock’n’roll teinté de bon stoner, of course.
Je ne reste pas tout le concert, car c’est vraiment rempli, et cette masse de foule commence à me taper sur les nerfs … (je revois le groupe prochainement, ceci aidant à la décision).

DOPEFIGHT (PURPLE TURTLE)

Voila un des groupes que j’attendais beaucoup sur ce fest. Apparemment peu de gens ont cette attente, car on ne sera qu’une cinquantaine, à peine plus à faire le déplacement. Et c’est bien dommage. Le groupe joue 15 minutes en avance….
C’est bien lourd comme on s’y attendait, c’est vraiment efficace, c’est tout simplement un bonheur. Je veux les revoir !

DIESEL KING (BLACK HEART)

Le chanteur est ultra bodybuildé, cela fait son effet dans cette toute petite salle.
Le son est lourd et énorme. C’est très puissant, voire même violent musicalement. On est une trentaine de personnes dans la salle, mais le groupe va tout donner. Vraiment pas mal, mais pas non plus inoubliable (hormis le chanteur).

Cette journée de DesertFest s’arrêtera là (après avoir zappé Church of Misery et Orange Goblin. La file d’attente pour aller dans la salle était hallucinante).
Car je vais en direction du HMV Forum pour aller au BoltFest, ce qui donnera lieu à un autre report ..

Dimanche 8 Avril

desertfest_ro3-212x300
Nouvelle journée de concert, après le déjeuner dans un superbe Pub (The Blues Kitchen), c’est reparti pour une belle série de concerts.

WIHT (UNDERWORLD)

J’ai découvert et beaucoup apprécié le groupe il y a quelques mois. J’ai vu quelques semaines plus tard que le groupe était annoncé sur ce festival, donc j’étais bien contant, jusqu’au moment où j’apprends que le groupe splite et que ce sera ici son dernier concert. Un dimanche, à 14H, pas évident pour eux. .
L’assistance est cependant correctement remplie, la curiosité en aura attiré plus d’un, et tant mieux car le groupe le mérite amplement.
Les 30 minutes de concert seront vraiment excellentes. Le groupe fait ses morceaux, lorgnant tantôt du côté post-rock, parfois un peu à la manière de Mono, parfois beaucoup plus percutant. Toujours instrumental et surtout varié comme il faut pour que l’ennui ne soit jamais présent. Le batteur est très bon.
C’est un voyage, les longs morceaux étant les plus intéressants. C’est une vraie perte que le split de ce groupe au début de sa carrière alors qu’ils nous promettaient de bonnes choses. En tous cas on peut déjà être heureux d’avoir assisté à cet excellent concert.
Pas de cd au merchandising, dommage, et les t-shirts sont vraiment moches. Je ne peux donc même pas donner mon argent au groupe..

DEAD EXISTENCE (PURPLE TURTLE)

La pause British (gateau + thé) est revigorante. Du coup je vais voir ce groupe qui officie dans une sorte de Sludge assez brutal. Le chanteur est bien remonté, on le sent bien énergique, pas de doute. Pas mal du tout, mais j’avoue que je ne suis pas trop dans la bonne ambiance à ce moment de la journée pour apprécier ce style. Je ne reste que le temps de 2 longs morceaux.

LEAFHOUND (UNDERWORLD)

Je n’avais pas initialement prévu d’aller voir ce groupe, et des amis m’ont convaincu après maintes explications en tous genres que c’était totalement indispensable. Je me laisse naturellement convaincre. Je pensais ne rester que 2 morceaux, et finalement j’y reste le concert en entier. Le groupe fête ses 40 ans de carrière. On peut dire que peu d’entre eux doivent faire parti du line-up depuis les débuts. En tous cas musicalement, c’est un excellent rock, avec un chanteur qui a vraiment une bonne voix. Efficace, les morceaux sont plutôt longs, pas vraiment un format « radio », et c’est ce qui fait tout le charme. Excellente surprise que voila, malgrè le fait que je pense que je n’écouterai pas spécialement sur album. Mais bon on peut changer d’avis si facilement dans ce sens là que bon, qui sait?
Le groupe ne jouera étrangement que 30 minutes sur les 40 qui lui étaient accordées.

SEDULUS (PURPLE TURTLE)

Voila un style de musique assez difficile à expliquer (d’autant plus qu’en général je ne suis déjà pas très bon à ce jeu là).
Les morceaux sont plutôt longs, de bons riffs, de bonnes rythmiques, des passages qui peuvent faire penser à des influences Helmet, et d’autres pas du tout. Je n’arrive pas à mettre des mots sur ce concert, mais c’était bien sympa. A découvrir plus amplement.

WIDOWS (PURPLE TURTLE)

Une sorte de Stoner Rock survitaminé. La présentation disait un mélange entre Clutch/Down/Kyuss. Bon, certes on pouvait sentir ces influences, mais c’était bien plus énervé. Un peu plus « bourrin », pas sur que les amateurs de Clutch y retrouvent leurs petits, ceux de Down trouveront cela beaucoup moins métal..
Le groupe assure, cela a l’air de le faire, je pars au bout de 3 morceaux afin d’aller profiter du concert suivant

DESERT STORM (BLACK HEART)

Ici on se rapproche vraiment beaucoup plus de Clutch. Cependant le seul point noir étant le chant un peu poussif, pas très varié. Le reste étant très bon, les riffs percutants, les morceaux sont assez bons. Je reste la moitié du show, le temps de découvrir comme il faut, et d’aller acheter leur cd.

ZOROASTER (UNDERWORLD)

Enchainement avec un style qui n’a absolument rien à voir. D’ailleurs je me demande encore comme de tels groupes sont sur cette affiche, mais je ne me pose pas plus de question étant donné que je suis particulièrement fan du style et surtout de ce groupe.
Les revoir un an après leur tournée avec Weedeater fait plaisir. Ce soir, ils vont envoyer du lourd pendant les 45 minutes qui leur sont accordés. Cela commence assez fort avec notamment le second morceaux qui durera 10 ou 15 minutes, lent à souhait, lourd, écrasant tel un rouleau compresseur passant sur un champ de fleurs..
Le chant est secondaire, tout ce sont est fait via le guitariste et bassiste qui imposent une masse sonore impressionnante, et le batteur qui déchire littéralement tout. Un bucheron, une « brutasse » comme on les aime, car non seulement il s’acharne sur sa batterie, fait le show, et surtout assure comme un dieu. Le regarder jouer est un bonheur à lui seul, avec la masse sonore en sus, c’est purement jouissif. Il explose une baguette, fracasse une grosse caisse… Bref je m’attendais à un très bon concert, et j’ai encore réussi à être surpris, et à prendre une belle claque.

BLACK COBRA (UNDERWORLD)

Après la pause diner rapide, retour dans la salle pour le duo le plus fou existant. J’aime assez les duos qui savent envoyer du lourd, prouvant qu’on n’a pas besoin de grand chose ou d’être nombreux pour faire quelque chose de qualité. Ici, Black Cobra va déverser sa folie furieuse sur une foule assez nombreuse, étonnamment.
Ayant vu le groupe à plusieurs reprises, étant assez fan également, je sais à quoi m’attendre, mais là encore, on a droit à un super concert, on sent la folie qui règne chez ce guitariste chanteur. Les morceaux sont bien rapides, et surtout bien interprétés. Ils pulvérisent l’assistance via le tempo relevé, la violence de leur musique en aura tué plus d’un. Le batteur suit parfaitement son guitariste. La petite heure de show est intense, magistrale, les présents n’oublieront pas le groupe, pour sur.

GORILLA (BLACK HEART)

Sur les conseils d’un ami, via le peu d’écoutes qu’il avait fait, mais au vu de son étonnement, je vais voir le groupe par curiosité, en attendant la suite.
Très peu de gens dans la salle, au plus on aura du être environ 30 ou maximum 40 personnes.
3 musiciens, un batteur jouant le regard dans le vide, il martèle sa batterie avec puissance et efficacité. Le guitariste chanteur assure les solos et les riffs parfaitement. Il a le look d’un vieux de la vieille, ça apporte un certain charme. Le vrai charme lui, vient de la bassiste, la « pin-up », blonde, rouge à lèvres marqué, collants rouges, pieds nus sur scène, robe psychédélique. Cependant elle n’est pas l’élément « décoration » mais vraiment une bassiste excellente. Elle sort de supers riffs assistant le guitariste lors de ses solos.
Le son est bon, on distingue tout parfaitement, le style oscillant entre un rock’n’roll survitaminé et un punk-rock. En tous cas, les musiciens sont excellents, les morceaux catchys à souhait, le groupe est à fond dans son concert, et le peu de fans présents seront vraiment ravis d’assister à ce show. Sur qu’ils se rappelleront du concert après le week-end.
Groupe à soutenir et suivre de très près ! Dommage qu’il n’y avait pas de merchandising.

CORROSION OF CONFORMITY (UNDERWORLD)

Le cas COC est particulier. Le groupe ayant commencé sa carrière par une phase assez « bourrin », et après le milieu des années ’90, le groupe est parti dans une carrière beaucoup plus stoner et groovy.
Il y a peu, les membres originels se sont retrouvés pour des concerts « old-school », comme au Hellfest’11. Leur album fraichement sorti est avec ce même line-up, et est d’une qualité tout à fait médiocre voire nulle (avis très personnel car beaucoup l’aiment…).
Je redoute un peu de voir à quel genre de concert on aura ici droit. Et finalement, le trio va ne faire que des morceaux issus des périodes que je n’aime pas. Soit l’ancienne, soit des titres du nouvel album. Cela confirmant ce que j’en pensais, les morceaux sont dans une veine soft-thrash-inutile. C’est tout ce qui me vient à l’esprit en entendant ces titres… bref au bout de 5 morceaux, je zappe le concert qui aura été ma plus grosse déception du week-end. Je m’y attendais, c’est arrivé.
D’ailleurs, étrangement vu la popularité du groupe, la salle n’est pas très remplie. C’est correct mais largement moins que les précédents groupes (ou que la veille lorsqu’il y avait même une longue file d’attente pour entrer dans la salle)

VIKING SKULL (BLACK HEART)

Dernier concert du festival, sur une musique très heavy-rock avec des morceaux aux structures « pop ». Très efficace, un groupe qui peut facilement enflammer les foules. Leur musique fait tout de suite taper du pied, secouer la tête, du bon rock avec un bon son, une excellente énergie. Les 5 zicos savent y faire pour motiver le public, qui n’est pas très nombreux pour ce dernier concert. L’ambiance sera par contre bien présente, le public réagit bien et on assiste donc à une idéale fin de fest sur une musique assez « légère ».

desertfest_poster_desert_f2

CONCLUSION

Un festival bien sympathique, dans une ambiance très cool.
Les salles sont vraiment sympas, le son globalement bon, le light-show quasi inexistant (seul l’Underworld à 3 ou 4 différentes lumières en fait).
Un festival indoor est toujours agréable, on profite parfaitement des groupes, ce sont de vrais concerts. Par contre la distance entre l’Underworld et la Purple Turtle est vite bien longue à parcourir. Je ne sais pas combien d’aller-retour j’ai pu faire, mais cela doit représenter pas mal de kilomètres chaque jour.
Les festivaliers ne sont pas l’archétype de propreté. Le sol était souvent sale, collant, avec des débris de gobelets en plastique etc. Les toilettes pas très propres etc. . Alors que tout était là pour être en mode « normal », ce n’est pas comme un festival d’été.
Les consommations étaient à tarif raisonnable.
En bref, un bon fest avec son lot de très bonnes surprises, de déceptions (très peu), de découvertes (nombreuses pour tout le monde).

desertfest2