Supuration + Dylath-Leen + Outcast @ Splendid (Lille), le 24 Février 2013

SUPURATION qui sort un nouvel album et commence une tournée française (étalée sur plusieurs mois) à Lille, dans son fief, en jouant son album The Cube en intégralité, il n’y avait pas de bonne raison de rater ça.

Des conditions climatiques désastreuses, la météo qui prévoyait des chutes de neige sur tout le samedi et le dimanche entre Lille et Paris ? On prend quand même la route et finalement tout s’est bien passé, cela était loin d’être si horrible que ça pouvait laisser présager.

Le concert commence et se finira tôt: c’est une bonne nouvelle quand on doit faire de la route.

Un peu de monde mais loin d’être soldout, cela faisait un bon moment que je n’avais pas mis les pieds au Splendid (une bonne dizaine d’années).
La salle est toujours aussi cool (ancien cinéma de quartier), par contre il y fait assez froid, ils comptent sur la chaleur humaine pour réchauffer l’ambiance donc on garde constamment nos blousons.

OUTCAST

www.myspace.com/outcastband
www.facebook.com/outcastofficial
www.outcast.fr

Les parisiens s’en sortiront pas trop mal, la foule est encore assez clairsemée.

Ca joue assez bien, c’est technique mais à vrai dire cela ne me parle pas. Genre de musique entendu assez souvent, et il faut vraiment trouver quelque chose pour vraiment se démarquer sinon on reste dans la catégorie des bons zicos qui font quelque chose d’intéressant et voila, ça ne va pas plus loin. Dommage.

DYLATH-LEEN

www.myspace.com/dylathleen
www.facebook.com/DylathLeen
www.dylath-leen.net

Je ne connais pas le groupe, mais souvent entendu parler. Je pensais que leur style était carrément diamétralement opposé surtout quand je savais que c’était une fille au chant.

Finalement cette fille a un registre particulier, pas mal en voix clair mais très bien en voix hurlée. C’est assez lourd et bien mené, je ne m’attendais clairement pas à ça et j’ai été agréablement surpris. Il faudra que je jette une oreille sur leurs réalisations.

SUPURATION

www.myspace.com/supuration
www.facebook.com/sup.supuration
www.supuration.fr

Grand fan de SUP/SUPURATION depuis bien longtemps, ce groupe m’est assez cher car leur univers particulier n’est certes pas si évident d’accès, mais dès qu’on y met un pied, on devient fan.

A l’annonce de concerts où ils voulaient jouer leur cultissime THE CUBE en intégralité, j’ai été à deux doigts de tenter l’organisation dans de bonnes conditions à Paris. Mais ceci est une autre histoire …

En tous cas voir le groupe chez lui fait plaisir. Et ils commencent d’entrée de jeu par l’album. Donc, bien sur, c’est énorme.
Mais finalement je pense que le rêve ultime serait d’avoir le groupe jouant en live dans son salon quand on a envie d’écouter cet album. Cool

Quand on écoute SUP, on se met en mode autiste, on se laisse porter et on n’a pas envie d’être dérangé. Un voyage, froid, glacial même et pourtant tellement attirant.

Le son est bon, les fans sont ravis bien entendu. La basse sonne un peu différemment (une sorte de son clair qui fait qu’on l’entend assez bien, sympa).

Bref après le dernier morceau de l’album en question, on savait qu’on aurait quelques morceaux supplémentaires. Qui provenaient de différents albums/EP, que seuls les plus grands fans connaissent (ils sont remontés loin dans le temps .. )

J’avoue avoir moins apprécié ce moment. En fait on est en descente des émotions que procurent THE CUBE.

Deux nouveaux morceaux ont été joués et j’avoue surtout avoir apprécié entendre The Crack.
Le groupe sort de scène sans aucun rappel, comme à son habitude.

Pas un groupe que l’on peut voir souvent mais au fur et à mesure des années, on peut commencer à compter les shows vus de SUP/URATION, étant donné qu’à chaque fois c’est une expérience particulière.

On ressort de là en ayant eu ce que l’on voulait : un grand moment avec The Cube et Supuration. Comme toujours.

Bonne surprise sur un des deux groupes de première partie, et SUPURATION qui confirme la qualité en live de son THE CUBE magistral. Moins apprécié la fin du show, bien sur, mais cela valait tout de même le déplacement.