Dour Festival 2011 @ Dour (Belgique), du 14 au 17 Juillet 2011

Festival culte pour tout amateur de musique éclectique, on y retrouve des styles variés, car aussi bien du rock, de l’électro, de la pop, du rap, dubstep, métal, reggae, et j’en passe….

Dour c’est 4 jours de festival, 7 scènes et plus de 200 groupes.

 

dour2011_02

Le site est très agréable. Une grande scène extérieure (LAST ARENA) et ensuite ce sont six énormes tentes : Magic Soundsystem, Dance Hall, De Balzaal, La petite maison dans la prairie, Cannibal stage, Club Circuit Marquee.
Elles sont réparties un peu partout, de manière assez intelligente afin que l’on n’ait pas trop de temps à marcher entre l’une et l’autre. Chaque tente est entourée de bar, bouffe, vente de jetons … donc on ne cherche pas bien longtemps pour toute la restauration.

Le merchandising est présent, mais pas en quantité énorme non plus. Très peu de choses relatives au festival ou groupes du festival.
Seuls quelques petits points de vente pour le merchandising officiel. Tout le reste à l’entrée ne concerne que le shopping tels que vêtements funs, feuilles à rouler et des choses peu intéressantes.
Pas de label ou de distribution, cd et vinyl à se mettre sous la dent, ce festival ne coutera pas si cher que cela.

Par contre le tarifs des boissons est un peu excessif, d’autant que la Jupiler est presque imbuvable, et ce n’est pas le souvenir que j’en avais, normalement cette bière est bonne, légère, parfaite pour manger ou se rafraichir. Or, ici, c’était à peine buvable.
Heureusement qu’il y avait les autres boissons comme le stand Jack-Coca, qui servait les canettes toutes préparées directement dans des gobelets en plastique.
Ou le stand de Mojito qui était assez cool, mais avec des tarifs de type « parisien »..
La mecque aura été le stand de bières belges. Malgrè le peu de choix (Fruit Défendu, Hoegardeen Grand Cru, et quelques variétés de Leffe), cela nous suffira majoritairement.
Ce bar n’est pas facile à trouver la première fois, ce n’est que le 2eme jour qu’on a pu le voir et en profiter grandement.
Pour la nourriture, c’est un peu la même chose. Cher, le choix pas énorme, on se retrouver à manger presque tout le temps la même chose pendant ces 4 jours. Et faire une indigestion de frites 😉

L’ambiance générale sur le site du festival est vraiment très bonne. Beaucoup de respect entre les fans des différents genres musicaux. Pas de problème de violence à noter.
Les seules interventions de la sécurité ont du être pour les coma ethyliques.
Mais il y a aussi certainement beaucoup de drogue qui tourne pour les intéressés. Trouver de la cocaine, lsd, etc .. n’était pas trop difficile. Mais assez discret cependant.
Ce n’était pas l’orgie de drogue comme on a pu me raconter lors de l’édition 1996.

Il y a eu environ 40 000 personnes, mais vu la taille du site, les gens sont répartis un peu partout, et il n’y a pas de grand problème de circulation. Hormis, bien sur, quand la boue a été de la partie où c’est devenu vraiment horrible à tout point de vue.

Le camping est vraiment immense. J’ai lu qu’il y avait 35000 campeurs, soit le record européen de campeurs lors d’un festival.
Et il faut dire que c’est véritablement épique d’être au camping.
Les ordures sont partout, volent partout (il y a eu de la tempête le samedi matin).
Les douches et les toilettes ont des files d’attente hallucinantes, donc certains se lâchent où ils peuvent (je vous passe les détails).
Les tentes sont entassées, et souvent dans des états pitoyables avant la tempête, et encore plus après la pluie et le vent. A se demander comment font certains pour dormir.

Photo récupérée sur le site de Dour, que je mets ici pour vous montrer la taille du site et du camping … hallucinant :

dour2011_03

La météo n’a pas été du tout clémente avec les festivaliers. Beaucoup de grosses averses, un soleil rageur le second jour, mais tout le reste a été très venteux et ultra humide, avec une boue omniprésente, vous l’avez déjà compris.

4 jours entiers de festival, avec un running order allant de 13H à 5H du matin. Un camping où le respect du sommeil est un concept obsolète….

Le Dour Festival n’est pas un festival comme les autres, il faut être aguerri, prêt à sacrifier son confort et en prendre plein les yeux et les oreilles, dans des styles ultra variés, prêt à la découverte !

Jeudi 14 Juillet 2011

Première journée de festival et déjà cela commence avec un temps très gris, et lorsque l’on arrive sur le site, il pleut, de bonnes grosses averses nous mettent dans l’ambiance prédominante du week-end.

On fait le tour de l’endroit afin de découvrir les nombreuses scènes, bars et merchandising, et force est de constater que c’est très agréable.

On va voir quelques morceaux de ROLO TOMASSI, qui s’avère intéressant.
La chanteuse est remplie de folie, les morceaux ont des passages de fou, déjanté, et tout cela est mené par des montées spaces … des instants de calme avant les tempêtes rageuses et intense. Découverte sympathique, à approfondir.

Petit tour sur la grande scène ouverte pour voir quelques courtes minutes de SYSTEMA SOLAR, sous une pluie battante.
Les musiciens sont vêtus de fluo, tout comme le décor. Musicalement, ce n’est pas mon truc, mais ça a l’air plutôt pas mal fait comme rap.

Vient donc une pause (retour au campement …45 minutes de marche aller-retour), pour se reposer avant la soirée qui s’annonce assez longue vu les groupes annoncés.

On revient donc quelques instants à peine avant l’entrée sur scène de CHANNEL ZERO, groupe que j’apprécie tout particulièrement. Cependant ils seront desservis par un son mauvais, brouillon. Je pense que l’ingénieur du son n’était pas un adepte du métal à moins qu’il n’ait eu des soucis incontrôlables.
Le groupe joue, lance la sauce et le public est un peu amorphe. Le chanteur n’hésite pas à parler en français avec un terrible accent belge qui fait toujours sourire (j’adore!), et revendique la Belgique aux Belges. Une heure de show, énormément de morceaux du dernier album (comme il y a deux semaines au Fortarock, donc ce n’est pas une surprise!).
Bref cela fait plaisir de les voir en live, mais avec un son meilleur et une setlist axée sur les anciens titres, j’aurai été aux anges (mais je n’espèrais rien de tel à ce moment là!)

KYUSS LIVES! investit la grande scène pour le plus grand plaisir de tous. Le présentateur n’hésite pas à tarrir le groupe d’éloges « rares sont les groupes à pouvoir clamer avoir créé un nouveau style de musique » .. et ce qui ravit vraiment, c’est de pouvoir apprécier le groupe avec un son très bon. Tout est limpide, quasi parfait.
Le chanteur est en forme, les zicos aussi (j’apprends après le fest que Nick Oliveri a eu des démélés avec le S.W.A.T. car ayant séquestré son ex… etc … on est passé proche d’une annulation ??).
Chaque morceau est un réel plaisir dès les premières secondes, le son de gratte est gras comme il se doit, bref parfait, un plaisir d’une heure.

On va ensuite voir quelques minutes du set dj de KODE9. J’ai pu le voir aux Villettes Soniques début mai, et cela m’avait agréablement surpris. Ici, c’est un bon set électro-dubstep, mais la scène est archi comble, difficile de se frayer un chemin, on ne reste pas longtemps.

CYPRESS HILL, vu de loin, c’est vraiment pas top à ce Dour 2011.
Je ne connais pas spécialement le groupe, mais on m’en a dit beaucoup de bien. Musicalement, je n’apprécie que très peu, mais je m’attendais à voir ce que pouvais donner le groupe en live. Eh bien, contrairement à d’autres concerts où l’on m’a raconté des moments de folie, ici, rien de tel.
C’est posé, cela ne décolle pas, aucune réelle énergie ni envie. Je trouve ça mou et inintéressant. Dommage, ce ne sera pas pour ce coup-ci.

On s’en va dans la tente « qui bouge », la De Balzaal pour voir une partie du show de NETSKY, çà envoie du lourd et fait bouger la tente bien pleine. Très bon. Par contre énormément de monde, cela bouscule de partout, c’est vraiment une ambiance de fou et cela fait plaisir.

Enchainement avec NOISIA, qui continue dans la lancée. Excellent pour faire danser et jumper tout le monde, qui n’attend que ça!
On reste une petite demi heure et on va se restaurer.

Pendant ce temps-là, on entend de loin HOUSEMEISTER et là aussi, cela semble très bon.

On termine cette journée avec une longue balade sur le site pour aller voir quelques instants du très long show de LAURENT GARNIER (qui joue 5 heures!). Rien d’exceptionnel musicalement, donc on finit avec BOYS NOIZE, sympa mais cela ne me fait pas kiffer outre mesure.

Il est déjà bien tard, et la fatigue se fait largement sentir. Aucune réelle énergie pour continuer les concerts, malgrè ce qui est annoncé et donne bien envie.

Retour au camping, dernier verre et dodo… demain on enchaîne à nouveau.

Vendredi 15 Juillet 2011

Réveil sous une tente qui ressemble plus à un sauna qu’autre chose, donc difficile de dormir bien longuement.
Le soleil est enfin là, et ce sera la seule journée où il montrera ses rayons sur Dour.

On en profite largement, et vu la programmation du début de journée, on se laisse aller sans trop bouger, juste assez pour éviter les nombreuses guêpes attirés par l’apéro de tout le monde.
Ces instants laisseront tout de même quelques coups de soleil, que l’on sentira sur les bras ou jambes le reste du week-end (et sentir des coups de soleil alors qu’il pleut et qu’on est trempé jusqu’aux os, c’est …. unique!)

On arrive sur le festival pour le début de PAPA ROACH. J’ai pas mal apprécié le groupe par le passé, et j’en garde encore un certain respect vu l’énergie des concerts qu’ils donnent encore aujourd’hui.
Cependant, la setlist est médiocre vu que les morceaux choisis sont assez mous du genou. Seul le final basé sur le duo « Dead Cell » et « Last Resort » sort tout le monde de sa torpeur, car oui le soleil tape encore pas mal.
Déçu par un groupe duquel je n’attendais pas grand chose ..

Je m’en vais faire un tour rapide sur THE GHOST INSIDE, qui a l’air bien motivé pour faire bouger la foule. Et ils savent s’y prendre les bougres.

Je continue gentiment ma balade, jusqu’au moment où j’entends du bon son et me laisse surprendre.
THE QEMISTS sont sur scène, et je me laisse prendre au jeu. Je vois une demi heure de leur show, et je trouve cela vraiment terrible, ils arrivent à me mettre une bonne claque alors que je ne m’y attendais pas, et en tous cas pas sur ce groupe.
J’en avais entendu parler, mais pas avec les bons mots puisque ma curiosité n’a jamais été titillée.
Eh bien je vais devoir découvrir un peu plus ce groupe, car j’ai vraiment adoré. Un des meilleurs concerts du festival.

Je mettrai un certain temps à m’en remettre, et un peu plus tard, viens le moment attendu de KYLESA, qui ne met pas de claque vu qu’on peut les voir tous les 3 mois, mais à chaque fois cela varie entre le bon et le très bon.
Ici c’est une nouvelle fois très très bon. Exécuté de main de maître, les deux batteurs sont synchros (oui je me demande toujours pourquoi ils sont deux, comme à chaque concert). La foule réagit bien, et ça permet de garder encore le sourire.

Surtout que l’on enchaîne avec MADBALL et un terrible pogo des familles.
Géant, énorme (donc je ne parle pas de certains musiciens sur scène, quoique ..!),ce groupe détruit tout sur son passage. J’en prends un bon quart d’heure, et ensuite le repos se fait obligatoire.
J’ai pris ma dose suffisante de Madball, bien que j’attends avec impatience le prochain concert de leur part.

Vient le moment attendu de NEUROSIS, qui commence très calmement le concert. Un poil trop? La fatigue, melé avec les excellents concerts précédents, et l’alcool aidant, je rentre dans une somnolence léthargique au son d’un Neurosis balançant une bonne setlist (comme toujours), mais mon cerveau n’enregistre même pas les détails de ce concert.
La plupart du temps les yeux fermés (debout), je profite, passe un très bon moment, mais n’en garderai que peu de souvenirs. Dommage car c’était vraiment LA masterpiece du week-end pour moi..

On va enchainer avec LES PETITS PILOUS, on m’en a dit du bien, et avec un tel nom pour de l’électro, je suis assez curieux.
Et effectivement, ça bouge vraiment bien, c’est très bon, les sons sont excellents.
Rien de réellement transcendant mais de la techno mené de main de maitre et qui fait son job. Bien cool !

VITALIC V MIRROR. Que dire? Que je peux faire une analyse de 3 pages sur le concert. Je ne la ferai pas, mais vais tenter de résumer rapidement.
J’adore les albums, il a vraiment des tubes énormissimes. Il y a quelques années, j’ai pu en voir un excellent live. Et il y a 2 mois, à Prague, j’ai été très déçu par un show d’1H30. J’attendais donc de voir ce qu’il allait proposer pour ce concert auquel devaient être environ 25000 personnes.
J’ai une nouvelle fois été particulièrement déçu. Il balance un mix vraiment douteux. Des transitions souvent très faibles, avec un son pas fort du tout (on arrive à se parler pendant le concert).
Quand il « trouve » un passage qui fait jumper toute la foule qui devient en délire, il arrête le beat en maximum 45 secondes. Pourquoi ? D’autant qu’il faut attendre 10 minutes pour en trouver un autre.
De plus il termine son show et fera plusieurs rappels, au bout d’un moment çà en devient trop, on part, et de loin on entend un nouveau rappel, où là, le son devient énorme.
Cela fait quelque part plaisir de voir Vitalic en live, mais vraiment pitié de voir qu’il ne fait plus de show qui rentre dans les annales des spectateurs présents. Pourtant, il a tous les éléments pour.
D’une certaine mesure, son show est un peu une blague. D’autant qu’on peut facilement comparer avec le reste de la techno-electro-dubstep présente en masse durant ce festival … et il est un peu à la rue.

Encore une fois , il reste du lourd en fin de journée, mais il est tard, fatigue, etc … nous font rentrer pour nous reposer, avec un bon sourire après cette belle (et unique) journée ensoleillée.

Samedi 16 Juillet 2011

Et voila la pluie de retour en ce jour. Après le réveil, un comatage en règle afin de recharger les batteries au maximum, mais l’ennui fait vite place au repos, donc direction le festival et son bar à bières belges afin de commencer la journée comme il se doit.

On va ensuite faire un tour sur KASTOR&DICE, de la bonne dubstep belge, efficace.

On part ensuite sur GREMS & ENTEK & SON OF KICK. Je connais un peu SON OF KICK pour avoir apprécié un clip, donc je pensais que ce trio allait démonter tout le monde.
Je ne suis pas du tout fan du rap de GREMS, par contre ENTEK est vraiment bon en beatbox. On reste quelques morceaux, mais cela ne me parle pas vraiment, surtout que le coté dubstep (et le morceau que j’aime) seront sur la fin (d’après les dires de potes).

TERROR va une nouvelle fois dynamiter la scène. Terrible, tout simplement. Une ambiance de folie, avec un chanteur jouant avec sa folie, tout en appelant au respect de tout le monde. Un beau message sur une musique ultra efficace.
Terror en live tue tout le monde.

Je vais ensuite sur JOKER feat. Bugsy and Scarz, de la dustep en provenance UK.
Encore une fois très bon, décidément ce festival sais choisir les bons groupes, à n’en pas douter.

Au passage, je croise la scène principale où joue PENNYWISE sous une averse assez conséquente. Le monde sera présent tout de même, des courageux qui ne regretteront pas leurs efforts, d’après ce que j’entends à droite ou à gauche après le concert.
Ne connaissant pas spécialement le groupe, et n’étant pas vraiment intéressé par ce genre de musique .. je m’en vais vers le concert suivant ..

IAMX, que j’ai récemment découvert et fortement apprécié, était attendu par de nombreux fans.
J’étais également impatient de voir le rendu sur scène. Ce fut tout simplement terrible. Un excellent show avec un son parfait, un light-show majestueux (beaucoup de variations en contre-jour), une setlist géniale et une excellente ambiance. Peut-être LE concert du festival pour moi.
En tous cas, les conditions étaient idéales, et j’ai hâte de les revoir.

J’ai donc adoré ce moment, et il m’a fallu un peu reprendre mes esprits, avant d’aller enchaîner avec LIFE OF AGONY.
J’apprécie beaucoup ce groupe, trop méconnu, et le rendu en live est vraiment cool.
Je ne les avais vu qu’une seule fois en festival en Allemagne en plein après-midi, mais ici sous cette tente, cela prend une dimension toute particulière.
Le chanteur est vraiment excellent, a une pure voix, et mène le show telle une rock-star mais sans trop de prétention. Il a vraiment une attitude parfaite pour garder une scène une heure durant.
Les hits passent les uns après les autres et ce n’est donc qu’un pur moment de plaisir pour tout le public.
A noter que le chanteur, Keith Caputo apprendra à ses fans durant le week-end via Twitter, qu’il change de sexe et va s’appeler Mina (info post festival).
2ème info post-festival : C’est une tournée d’adieu du groupe, donc c’était vraiment la dernière occasion de voir le groupe pour ma part, j’ai vraiment bien fait d’aller voir ce concert !…. dommage qu’un tel groupe disparaisse 🙁

Enchaînement dans un autre genre avec DIRTYPHONICS qui étaient bien attendus également.
Terrible, les 4 compères balancent leur électro-dubstep à la face du public qui en redemande constamment et jumpe à n’en plus finir. Un très grand moment!

Je vais ensuite assister à la finale du AIR GUITAR BELGIUM, qui voit 5 concurrents se lancer dans une interprétation de leur sport favori sur PARANOID de BLACK SABBATH.
Toujours fun, et le gagnant est comme d’habitude celui qui en met le plus à la vue du public.
Il gagnera une guitare (toujours cocasse, car si une personne fait de l’air guitare, c’est bien parce qu’elle ne veut pas se prendre la tête avec une guitare .. un peu comme si l’on faisait gagner un week-end randonnée à un handicapé !)
Le public, peu nombreux, repartira avec quelques lots Jägermeister, partenaire du show.

Ensuite DJ KEMICALKEM vient balancer quelques morceaux pour attendre la suite. Il faudra que l’on m’explique l’intérêt de ce DJ. Certes, c’est le programmateur des Eurockéennes de Belfort, mais bon.. le gars ne fait que balancer quelques morceaux, sans mix ou originalité dans son choix. Ici, Fear Factory, Prodigy, Prong, Ministry, NIN, Atari Teenage Riot .. bref, une certaine scène qui me plait beaucoup, mais un mix que vraiment tout le monde peut faire sans problème.

Avec un peu de retard sur la planning, DRUMS ARE FOR PARADES est sur scène pour le 2ème set du festival.
Je ne connaissais pas, mais j’avais eu une oreille distraite sur leur production et des avis me disaient de me rendre à ce concert.
Bref, excellent surprise !
C’est du bien lourd, bien massif, peu de chant, et le trio arrive à sortir le public de sa léthargie après les averses à répétition et l’heure tardive.
A découvrir plus en détail, assurément.

Il est enfin l’heure de repartir au camping, en voyant quelques instant de DOCTOR P et une tente toujours dansante.

Le retour est épique. La boue est omniprésente en masse et ultra glissante. Tomber est très facile, il faut donc réussir à éviter tout caillou, gobelet ou autre chose pouvant nous faire prendre un bain de boue.
Certaines personnes n’hésitent d’ailleurs pas à faire un spa boueux à leur corps en se baignant ou se bagarrant dans la boue.

Vraiment hallucinante cette boue !
Impossible de décrire le bruit des pas dans ce maelstrom.
Impossible de décrire la démarche de zombie de cette foule tentant tant bien que mal à rentrer le plus proprement possible, tout en voyant de nombreuses personnes faire des vols-planés sur le dos, parfois assez violents d’ailleurs.

Dimanche 17 Juillet 2011

Nombreuses sont les personnes qui plient bagages dès le matin. La boue en a achevé un certain nombre.
De notre côté on décide de repartir après les concerts qui nous intéressent vraiment.

La boue a séché en majorité (formant un parterre meuble comme les jardins d’enfants). Mais sur le site, il y a de nombreux endroits qui sont horriblement boueux et glissant. D’autant que les averses reprennent parfois, n’arrangeant pas du tout les choses.

Je commence avec quelques instants de THE OCEAN. Je n’apprécie pas les deux derniers albums, mais il parait que les shows sont très bon en ce moment. Je vais donc voir çà, et il est vrai qu’ils ne sont pas mauvais.
Mais je ne reste qu’un seul morceau, car c’est le genre de groupe dont il est difficile à rentrer rapidement dedans en cours de route surtout.

RUSSIAN CIRCLES est un groupe que j’attendais vraiment. Très énergique, ce trio instrumental convainc tout le monde. Les morceaux sont travaillés, et le rendu live est particulièrement réussi. La tente est très bien remplie, cela fait vraiment plaisir à voir.

Quelques minutes de FIRST BLOOD pour un groupe bien énervé qui a de l’énergie à revendre. le groupe ne crée rien de nouveau mais assure comme ses ainés (Terror, Madball & consorts).

BORIS est un ovni tout particulier. Les japonais officient dans ce que certains appellent un mélange Stoner-Drone-Doom. Et effectivement, c’est bien cette sensation multi-genre et surtout indéfinissable qui ressort en live. Un son bien massif, qui fait plaisir, avec des morceaux aux structures déroutantes. C’est vraiment terrible, bien exécuté sur un light show sobre et terriblement efficace.

KARMA TO BURN, pour la énième fois, va assurer comme il en a l’habitude.
Ces morceaux, ces riffs, sont tout simplement jouissifs. Même quand on connait tout par coeur, on en prend toujours plein la tête et cela fait plaisir. Je ne vais pas m’étaler une nouvelle fois sur la qualité du groupe (au risque de me répéter pour la 14eme fois), mais vraiment, ce groupe vaut le détour, surtout en live !

Les concerts qui m’intéressent (…bon j’aurai bien vu Pendulum / Bal des Enragés …) se terminent pour cette journée. Je vois GROUNDATION en attendant un pote pour repartir. Ce reggae est plutôt pas mal fait, mais j’avoue être totalement imperméable à cette musique. Cela ne me parle absolument pas, je le savais avant mais j’en ai encore la confirmation en les voyant.

Bref c’est la fin de journée pour nous, et donc après un dernier verre / repas, direction le parking et les aventures pour en sortir.

Retour dans la nuit, et retour à la civilisation qui fait assez étrange après toutes ces journées de camping dans ce bordel et cette boue ambiants.

Mais même si c’est un long festival, cela fait tout de même très plaisir de le passer avec des amis, dans une très bonne ambiance, avec de très bons concerts.
Même si la pluie, le vent, le soleil qui a bien tapé une journée, la boue partout donneront finalement un peu plus de saveur aux bons moments passés sur ce fest.

Ce qui est également amusant, est que chaque festivalier aura un report totalement différent de son voisin. Vu les possibilités et les choix qu’il y avait à faire (parfois les 7 scènes jouaient en même temps !) .. En tous cas une belle leçon d’éclectisme, et de bonne humeur et de fête.

LISTE DES GROUPES PRÉSENTS, OUI C’EST HALLUCINANT !

13&God (The Notwist vs Themselves)
16BIT
50 Lions
74milesAway
AaRON
Aeroplane
Agnostic Front
Air Guitar Belgium
Airship
Akhenaton et Faf Larage
Akro
Alborosie
Alpha 2.1
Angel Crew
Anika
Anthony B
Anthrax
Architecture In Helsinki
Arma Gathas
Arsenal
Bad Dancer
Bassnectar
Beat Torrent
Bibio ‘electronic set’
Bikinians
Blood Red Shoes
Blood Shanti & The Shanti Ites feat. Emmanuel I Joseph.
Bomba Estereo
Bonaparte
Bony King Of Nowhere
Booka Shade
Boris
Born From Pain
Boys Noize
Brookes Brothers
Buenas Ondas
Busy Signal & HI Voltage Band
Camo & Krooked
Ceephax Acid Crew live
Channel Zero
Charles Bradley
Clan d’Estime
Claude Vonstroke
Cloud Control
CocoRosie
Conscious Sounds feat. Dougie Conscious, Sandeeno, Christine Miller, Wayne Mc Arthur & Afrikan Simba
Cut Chemist
Cypress Hill
d.i.m.
Dagoba
Dananananaykroyd
Darko
Das Pop
Death By Stereo
Deerhoof
Digital Soundboy Soundsystem feat. Shy Fx / Breakage / B. Traits with Donaeo / Youngman & Stamina Mc
Dirtyphonics live
Dj Kemicalkem
Dj Sonar
Djedjotronic
Doctor P
Drums Are For Parades
Duchess Says
Dusk Creator
El National Quarterback
Electric Wire Hustle
Ellen Allien & Pfadfinderei
Enduser
Erol Alkan
Eskmo
Factory Floor
Feed Me
First Blood
Flying Lotus with Richard Spaven & Dorian Concept
Foals
Fool’s Gold
Forward Fever Soundsystem + Leah Rosier
Fozzy
Gaëtan Roussel
Gallows
Ghostpoet
Gold Panda
goldFFinch
Great Mountain Fire
Grems & Entek & Son Of Kick
Groundation
Groundation – Tribute to Bob Marley
Hercules And Love Affair
High Tone & Oddateee & Brother Culture
Hoquets
Horace Andy
House Of Pain
hOUSEMEISTER
Hugo Freegow
I’m From Barcelona
IAMX
Ice Cube
Intergalactic Lovers
Israël Vibration
Jack Beats
Jamaïca
Johnny Clarke
Joker
Joy Orbison
Junior Boys
K-Branding
Kaf*k
Kaly Live Dub
Kap Bambino
Karma To Burn
Kastor & Dice
Klaxons
Kode9 dj set
Kylesa
Kyuss Lives!
Laurent Garnier L.B.S.
Le Bal des Enragés feat. members of Tagada Jones, Parabellum, Black Bomb A, Punish Yourself, Esprit du Clan, Loudblast…
LeFtO
Leif Vollebekk
Len Faki
Les Hurlements D’Leo
Les Ogres de Barback
Les Petits Pilous live
Les Savy Fav
Life of Agony
Lindstrøm live
Los Petardos
Lucy Lucy!
Luke Vibert
Madball
Mahala Raï Banda
Manasseh + Earl 16 + Danny Red + Echo Minott
Marble Sounds
Martyn live
Max Pie
Metronomy
Misteur Valaire
Mogwai
Murdock
Netsky
Neurosis
Night Slugs aka L-Vis 1990 b2b Bok Bok
Noisia
Nosaj Thing Visual Show
O.B.F
On U Sound 30 Years Celebration feat. Adrian Sherwood, Deeder Zaman, Congo Natty, Tenor Fly, Ghetto Priest, Omar Perry & Mc Phoebe
Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou
Original Sin
Papa Roach
Pariah
Partyharders
Pearson Sound aka Ramadanman
Pendulum live
Pennywise
Percubaba
Pierre
Popof
Primitiv ‘beatbox’
Proxy
Public Enemy
Pulp
Radium
Reso
Riva Starr
Rohff
Rolo Tomassi
Romano Nervoso
Rusko
Russian Circles
Sascha Funke
Saul Williams
Shadow Dancer
Shantel & Bucovina Club Orkestar
Shitmat
Sigma & MC Carasel
Sinus Georges
Skindred
Socalled
Soprano
Sound Of Stereo
Spank Rock live
Starkey
Steve Aoki
Strip Steve
Stupeflip
Suarez
Suede
Surfing Leons
Sx
Syd Matters
System D dj
Systema Solar
T.C.M.F.H.
Tahiti 80
Tarrus Riley
TC
Tensnake
Terror
The Amplifetes
The Bewitched Hands
The Budos Band
The Drums
The Dø
The Gaslamp Killer
The Ghost Inside
The Herbaliser live
The Japanese Popstars
The JB Conspiracy
The Locos feat. Pipi of Ska-P
The Ocean
The Qemists live
The Selecter
This Will Destroy You
Tiga
Tokyo Ska Paradise Orchestra
Totally Enormous Extinct Dinosaurs live
Trolley Snatcha
True Tiger label presents Sukh Knight, Scandalous unltd, Stenchman, Blue Bear & MC Chunky
Two Gallants
Ultraphallus
Uncommonmenfrommars
Untold
Vismets
Vitalic V Mirror live
Wahwahsda
X Makeena
X&TRICK feat. MC Mary Jane
Yew
Yussuf Jerusalem

Pour plus d’infos sur l’historique du festival : http://dourfestival.be/fr/history/

(vous pouvez aller sur cette page pour voir le descriptif des groupes, extraits audio etc ….):

Merci de m’avoir lu.. j’ai essayé de retranscrire au mieux cet évènement !

votre serviteur : Moonlight

moonlight666

dour2011_01