Rock en Seine @ Paris Le 26 août 2012

Le Rock En Seine a toujours été un événement pop-rock important pour la région Ile-de-France, on peut d’une certaine manière se réjouir d’avoir un tel festival dans la région.

Conjoncture difficile, prises de risque importantes, frais énormes font qu’organiser un festival en France, et d’autant plus sur Paris (presque intra-muros) est un chemin de croix.

Certes la programmation est discutable. Certaines éditions ont laissé toutefois quelques marques aux amateurs de rock un peu corsé (remember le passage de Rage Against The Machine, Faith No More, Tool, Prodigy, Queen of the Stone Age & co … )

Cette année, très peu de choses m’attire sur ces trois jours de concerts. A vrai dire uniquement l’électro-hiphop de DOPE D.O.D. et le punk rock à minettes des Green Day.

Trouvé à même le sol (blague), le pass VIP nous emmène dans des contrées encore inconnues du fest : sympathique, des aires de repos de partout, un restaurant vraiment cher (plats à 18-20€ .. sur un fest ça fait cher oui). Des interviews de partout (super, on ne connait aucun des groupes, donc impossible de reconnaitre quelqu’un et quand bien même cela ne nous en bougerait pas une), émission de radio en direct, etc..

Il fait beau, on peut se relaxer un certain moment, arrivés en « avance » (enfin quelques heures avant ce que l’on voulait voir), on est quasi en fin de journée.

Report des quelques trucs vus, quelques photos souvenirs, de cette petite journée de festival.

SOCIAL DISTORSION

www.myspace.com/socialdistortion
www.socialdistortion.com

Alors oui on voit quinze minutes du show de Social Distorsion. La grande scène est assez jolie, il y a du monde, les vétérans démontreront qu’ils ont encore de quoi faire bouger leur public.

Personnellement je n’accroche pas du tout, je trouve cela très rapidement chiant, je passe mon chemin.

DOPE D.O.D.

www.facebook.com/dopedoddopedod
soundcloud.com/dopedod

Lors du break pendant le concert de Green Day (après 45 minutes), je vais voir ce groupe qui avait la bonne idée de jouer en même temps. Les deux seuls groupes du jour qui m’intéressent et qui jouent au même moment… no comment.

Une sorte de hip-hop (deux chanteurs) sur un fond d’électro dubstep. Bien évidemment il faut que ça se mette en place, ce qui se fait assez rapidement, et ça devient bien lourd. Très intéressant, mais peu de monde sur cette petite scène, étrange. Je reste une vingtaine de minutes soit quelques morceaux afin d’apprécier comme il se doit sur ces hollandais qui font vrombir les basses. C’est sur que ce n’est pas de la musique ultra-positive, l’ambiance est lourde, assassinante. La rythmique lancinante, les têtes bougent, la foule apprécient.
Bon concert … dommage de devoir couper court au set.

GREEN DAY

www.myspace.com/greenday
www.facebook.com/GreenDay
www.greenday.com

La journée commence à laisser la place à la pénombre lorsque Green Day investit la scène. Il est 21H30 et les bougres vont d’entrée de jeu y aller à fond. Le chanteur n’a pas l’air d’avoir pris une seule ride depuis ses débuts, ce qui n’est pas le cas du bassiste. Le trio est un peu plus nombreux maintenant, quelques personnes pour les accompagner sur scène .. soit.
Les lumières sont bien gérées, rien à dire, c’est du bon show. Simple et efficace.

J’ai été un grand fan du groupe dès que Dookie est sorti en 1994, j’ai pas mal suivi le groupe jusqu’à l’arrivée du nouveau millénaire. Puis ils ont fait beaucoup de tubes, passés régulièrement leurs morceaux sur MTV, puis rameutés toutes les jeunes filles à leur cause. Ce qui fait qu’en 2012, ce qui me surprend c’est que le public reste très jeune. Certes quelques « vieux » sont de la partie … mais les fans de la première heure sont un peu destabilisés. Disons que c’est impressionnant de voir un groupe qui a réussi à durer (là où on les taxait de très effémère à l’époque). Presque 20 ans après le début de leur succès, ils ont toujours plein de fans, dont beaucoup sont nés après qu’ils aient commencé à être très connus.
Et surtout aujourd’hui, les fans sont majoritairement féminins.

Au début du concert, j’ai été surpris de voir que la pelouse n’était pas remplie de manière hallucinante alors que c’est la tête d’affiche du festival. En fait il y avait un autre concert qui se terminait une demi heure après le début de Green Day, et ensuite cela a été la ruée de nombreuses personnes et là la foule est devenue énorme.

Je fais un break d’une petite demi heure pour voir Dope D.O.D. , et je reviens ensuite, Green Day continue. Et j’ai bien fait car ils commencent à enchainer les morceaux de Dookie. Ca fait plaisir à voir et à entendre bien sur.

Le chanteur est remonté comme toujours, la réputation du groupe qui se transcende sur scène n’est pas exagérée. Cependant le chanteur m’énervera à faire scander des « hey ho » à la foule constamment (3 ou 4 fois par morceau), il me fera rire avec son « allez Rock Insane ! ». Le final sera très long, il partira dans des impros, allongé sur la scène, un grand n’importe quoi de plus d’un quart d’heure. Le groupe jouera ses deux heures de show, ils ne rigolent pas, ils donnent tout et c’est vraiment cool à voir dans cette soirée tiède et agréable.

Pas déçu d’avoir vu le groupe, qui assure, mais pas non plus une grosse claque. Je pense que voir le groupe dans une salle décuple le bonheur et surtout, si j’avais pu les voir pendant les ’90, c’eut été magique.

ROCK’ART

picasaweb.google.com/112551009183655768660/RockArt_2012

On est toujours très agréablement surpris par l’exposition Rock’Art qui montre les tableaux des illustrateurs ayant donné leur version d’un des groupes du festival. Le portfolio s’avère du coup indispensable (malgrè le fait que presque aucun groupe ne me plaise sur cette affiche, je le répète, c’est dire .. )
Egalement intéressante étant la petite partie « bibliothèque musicale », qui propose à la lecture tous les livres plus ou moins relatifs à la musique. Initiative agréable, on peut y feuilleter des livres pour se donner des idées d’achats futurs.

AMBIANCE

Les stands de bouffe sont pris d’assaut bien sur. La nourriture est assez bonne, pas donné non plus mais on s’y attendais.

Je ne ferai pas beaucoup de commentaires sur le festival en lui même car c’est quasiment la même configuration que les années précédentes.

Le décor de nuit est assez sympa, certaines têtes « étranges » sont projetées sur les arbres (cf photos), cela donnant un effet assez sympathique au site, et également la projection de l’ancien château du domaine (aujourd’hui disparu) sur la cascade d’entrée de site.
Ai-je le droit de le dire ? C’est mon site je fais ce que je veux, tant pis si je froisse certaines personnes : un festival avec énormément de gens qui m’énervent, qui ne respectent rien, ni les spectateurs ni les artistes (parler pendant des morceaux calmes, des appareils photos constamment en l’air etc etc .. ), des bobos/hipsters dans tous les sens … et une programmation que je trouve très discutable. Dans Rock en Seine, il y a surtout ROCK, et on a de gros problèmes à en trouver vraiment. Un nom plus « Pop » serait bienvenu afin de respecter la musique.

Hormis ces considérations, on arrive à passer de bons moments, une bonne orga, une météo clémente ce dimanche … des gens heureux, cela fait plaisir aussi !