DesertFest @ Berlin (Allemagne) 19,20,21 Avril 2012

Report & Photos & Avis & Découvertes de groupes etc …
Rock, Sludge, Stoner, Metal et tout le reste dans la suite de cet article ..
Tout ce que vous voulez savoir sur le DesertFest édition berlinoise.

Première édition Berlinoise du DesertFest, deux semaines après celle de Londres

Le premier lieu de ce festival sera utilisé uniquement pour la soirée du jeudi.
La FESTSAAL KREUZBERFG est une magnifique salle, avec un étage. Petite capacité, peut-etre 600 personnes maxi ?
Assez étonné de voir ce « petit » lieu pour cette première soirée surtout lorsque l’on considère la tête d’affiche.

Le second lieu se situe dans le quartier alternatif très en vogue à Berlin : Friedrichshain, juste à côté de Kreuzberg. C’est une sorte de squat aménagé avec de magnifiques salles. En fait c’est tout un petit quartier où l’on retrouve le lieu du fest avec :
– sa mini-salle de projection de films et où se produit à plusieurs reprises une DJ (THEATRE BIZARRE)
– une autre salle de moyenne taille (ROCKZILLA STAGE) où peuvent s’entasser environ 600 personnes, assez agréable.
– une très grande et belle salle de capacité annoncé de 1500 personnes : SOUND OF LIBERATION MAIN STAGE.

Cette dernière ne serait jamais comble, mais assez souvent correctement remplie. On y circule très bien, on n’est pas entassé.
Ce qui est le cas partout ailleurs dans le festival. Le seul problème à noter étant les deux salles côte à côte, les gens de la grande salle sortent par la petite salle au moment où le groupe a déjà commencé, ce qui occasionne de gros bouchons, un côté un peu emmerdant de gens qui se marchent dessus.

A part cela, tout est parfait, le BierGarten également, tout comme la météo parfaite (relativement pour un mois d’avril). Les bars sont nombreux, pas d’attente particulière, la consos n’étant pas chères.

L’after-fest du samedi se déroule dans une autre salle du quartier, le Raw Temple, très cool également, mais où la scène est constituée d’une grande plaque posée sur des caissons de bière. Le son est également très mauvais dans cette salle (pour le seul groupe que j’y ai vu en tous cas).

Le « quartier-squat » accueille également une salle que j’aurai l’occasion de visiter, la Cassiopeia (www.cassiopeia-berlin.de). Très sympathique également, un petit 300 personnes dedans, et l’accueil à l’étage avec le bar permet de se relaxer avec des baby-foot etc … il y a de l’espace qui est bien utilisé. Ils ont vraiment de la chance ces berlinois.
En se baladant entre ces murs ultra-tagués, on peut aussi trouver une salle où se déroulent des cours de tango, une salle avec un énorme skate-park indoor, un grand espace consacré à l’escalade, etc … je pense qu’il y a encore de nombreuses autres activités.

Bref un beau centre culturel très vivant (deux heures après le fest il y avait une autre soirée dans la nuit .. totalement différente lorsque l’on voyait le type de personne y entrant).

Le festival se déroule sur trois jours, commence en général dans l’après midi, et le passage des groupes se fait pour 90% des cas en alternance. On peut quasiment tout y voir.
Lorsque l’on veut se relaxer, les BierGarten nous accueillent à bras ouverts, la salle de projection de films consacrés au genre musical de prédilection fait le plein, le mini market attire les fans en tous genres pour des emplettes qui peuvent être démentes (j’ai ai vu un vinyl à 190€, faut pas déconner).

L’ambiance est bien évidemment très détendue. Très alcoolisée également, mais le rockeur sait se tenir, du coup, absolument rien à signaler. Les toilettes sont payantes (si on accepte de payer, ce n’est pas obligatoire), et le lieu reste relativement propre, ce qui change vraiment par rapport à l’édition londonienne.

On notera aussi la présence des excellents ELVIS DEAD (www.elvisdead.com), qui ont eu l’occasion d’exposer leurs magnifiques oeuvres sur des magnifiques supports rétro-éclairés, dans la salle de projection de film (THEATRE BIZARRE). Ces français réalisent des affiches pour des concerts qui sont de qualité tout à fait exceptionnelle. Je leur souhaite beaucoup de succès, ce dont je ne doute pas, ne serait-ce qu’à en voir l’affiche faite à l’occasion du festival qui s’est retrouvée sold-out et les avis des spectateurs voyant toutes ces oeuvres.

J’ai fait le festival en mode assez relax. Je n’y étais pas là pour découvrir des tonnes de groupes, ou pour faire un marathon musical, mais pour prendre du bon temps entre amis et avec de la très bonne musique. J’avais également des autres concerts prévus lors de chaque soirée, j’ai du un peu jongler avec les running-orders, mais j’ai pu finalement faire tout ce que je voulais.

JEUDI 19 AVRIL

Retrouvailles entre potes, la journée commence avec l’apéro du midi et découverte rapide du quartier de Kreuzberg. En Allemagne, se balader une bière à la main est beaucoup plus « normal » qu’en France.
En tous cas avant d’arriver à la salle, l’ambiance est déjà bien alcoolisé. Ne survivrons que les plus honorables, bref …

On récupère nos beaux bracelets, et on va voir le premier groupe du festival

OPERATORS (FESTSAAL KREUZBERFG)

Ca joue plutôt pas mal à vrai dire. Ce qui « choque » en premier lieu est de voir leur jeune âge. La musique commence assez rapidement à m’assoupir, non pas que cela manque d’intérêt, mais plutôt que j’ai besoin d’une pause et que leur musique me va très bien pour une mini-sieste sur un des bancs de l’étage.

A suivre de prêt, ils ont un certain talent, ils ne sont pas là par hazard (comme la plupart des groupes du fest en fait)

Pause diner dans le quartier turc, haute gastronomie et je fais déjà un break dans la programmation de la soirée car je m’éclipse pour aller voir un groupe que j’apprécie particulièrement à quelques stations de métro de là : BLACK SHAPE OF NEXUS (report du concert dans un autre article).
Je rate donc STONEHENGE que je ne connais pas du tout, ANCESTORS qui font quelque chose de vraiment intéressant mais que je ne verrai pas après deux DesertFest, c’est dommage, mais je me rattraperais un jour, et GREENLEAF que j’avais moyennement apprécié deux semaines auparavant en live.

Mais je suis de retour pour la tête d’affiche

 

ORANGE GOBLIN (FESTSAAL KREUZBERFG)

Je m’attendais à une salle pleine à craquer, et finalement c’est bien rempli mais encore vivable.

On arrive quand même à circuler, surtout dans le fond. Le groupe jouera très fort, le son n’est pas au top, mais les compos sont toujours aussi rock’n’roll et taillées pour la scène. Excellente ambiance, ça joue, mais j’ai de grandes difficultés à supporter et surtout apprécier ce concert ce soir, bien malheuseusement. La gastronomie du quartier m’aura tué (ainsi que le reste ….)

Conclusion Jour 1 : jeudi 19 avril

Première soirée sympathique. Dommage qu’il n’y ait pas plus de groupes, on aurait bien passé quelques heures en plus (plus tôt surtout). En tous cas le lieu est cool, l’ambiance festive.

La nuit sera réparatrice et la bienvenue pour profiter pleinement du festival les deux jours suivants.

 

VENDREDI 20 AVRIL

La journée commence dans une température très agréable, parfait pour se mettre en jambe.
On a le temps d’aller se balader dans la ville, profiter de la Berliner Kindl avec une Currywurst des familles, en terrasse bien évidemment.
Plus tard dans l’après midi, on va à la rencontre de ce complexe que l’on découvre rapidement. On apprend que deux musiciens de LONELY KAMEL sont malades et leur concert a donc été annulé, les deux groupes prévus avant eux auront l’occasion de jouer un peu plus longtemps.
On a raté SHRINE’69 (que j’avais trouvé insupportable au DesertFest londonien), et on va voir le groupe suivant

 

WIGHT (ROCKZILLA STAGE)

Arrivé en retard, je ne vois qu’une petite partie du concert. Je connais un peu le groupe pour avoir eu l’occasion d’écouter avant le festival. Les morceaux passent bien en live. Cependant leur position sur l’affiche, très tôt, sur cette moyenne scène n’est pas des plus opportunes. Difficile de rentrer vraiment dans le trip, d’autant que l’ambiance à l’extérieure est bonne et accueillante.

Bonne surprise, à confirmer par la suite.

Il y a une pause puis la soirée continue, le timing est respecté, aucun problème de ce côté là non plus durant ce festival.

GLOWSUN (ROCKZILLA STAGE)

Les lillois vont faire impression. La salle est remplie à ras-bord, étonnant vu l’heure, mais cela fait plaisir. Le groupe va envoyer du lourd, et le public appréciera à sa juste mesure le set qui fait partie des excellentes surprises du fest.

Très bon son, super ambiance, sur que le groupe à du apprécier lui aussi ce concert. Le groupe continuera sa progression via le UP IN SMOKE 4 en compagnie de MONKEY3 et GRANDLOOM en septembre prochain. A ne pas rater.

TRIGGERFINGER (SOUND OF LIBERATION MAIN STAGE)

Je vais rapidement voir ce que donne ce groupe sur scène, et cela ne me convainc pas du tout, tout comme sur album. Apparemment ils ont une réputation déjà établie après quelques albums bien reçus par les médias, mais je n’ai jamais réussi à accrocher, et cela se confirme en live. Pas mauvais mais il n’y a pas de quelconque étincelle qui ferait vibrer, dommage .. mais faut bien que cela arrive.

Une nouvelle fois, je m’éclipse du festival pour aller à un autre concert, très proche ce coup-ci car au Cassiopeia, voir les excellents TOMBS et les non moins mauvais PELICAN.

Du coup je rate les prestations des frenchys de MARS RED SKY et d’AMPLIFIER ainsi que la diffusion du DVD de TRUCKFIGHTERS : Fuzzomentary

TRUCKFIGHTERS (ROCKZILLA STAGE)

Ils investiront la moyenne scène avec une énergie débordante comme d’habitude. Au DesertFest londonien, ce côté poseur m’avait un peu chagriné, mais l’ambiance et le côté rock’n’roll étant toujours présents, on passait un bon moment. Ce qui a été ici le cas également. Accoudé au bar, tranquillement, en subissant les assaults des fans de Triggerfinger qui sortaient de la grande salle, on pouvait profiter de la musique mais c’était assez chiant d’être bousculé toutes les dix secondes, il faut bien l’avouer.

Set sympathique, du monde, de l’ambiance, des tubes en puissance, une nouvelle fois tout cela était réuni, mais j’avoue que j’ai largement préféré le concert au Klub d’il y a deux ans. Bref, groupe à surveiller car ils ne cessent d’accroitre leur nombre de fans de manière exponentielle.

En pleines discussions et autre shopping, je rate les deux heures de show de MOTORPSYCHO qui ne m’ont jamais trop intéressés. Vus au Roadburn’09, et réécouté sur quelques morceaux récemment, je n’étais pas plus motivé que cela de faire le déplacement, et je savais que si je ne restais pas minimum 1H cela ne servait à rien .. bref on reprend des forces pour assister au show tardif du groupe suivant.

GRANDLOOM (ROCKZILLA STAGE)

Ils vont jouer quinze minutes en avance, je ne sais pour quelle raison, mais vu l’heure (1H30) on ne se plaint pas. Jusqu’à 2H10, ils vont faire vibrer le peu de public qui aura eu le courage et la force de rester. Il y avait un peu de monde, mais c’était assez clairsemé tout de même. Le groupe a fait un très bon show, j’avoue avoir découvert via ce concert et je ne regrette absolument pas, ou plutôt je regrette le fait que le merchandising n’était pas présent le lendemain.

Un bon voyage instrumental, énergique, pas du tout ennuyeux et il fallait bien ça pour nous tenir parfaitement éveillés.
A approfondir et j’espère les revoir … ah oui au UP IN SMOKE 4 si on a la chance d’avoir cette tournée à Paris. Cool.

Conclusion Jour 2 : vendredi 20 avril

Deuxième journée très cool, parfaite organisation même si on déplore les attendus LONELY KAMEL, malades.
Le quartier de Kreuzberg est ultra vivant à plus de 2H du matin. Enormément de monde partout, plein de taxis, tous les stands de bouffe bondés de monde … ça vit, c’est fun, c’est beau à voir.

SAMEDI 21 AVRIL

La journée qui commence le plus tôt, on a à peine le temps d’entamer l’apéro que l’on doit déjà être sur place. Et on se trompe dans le planning ….

LOS DISIDENTES DEL SUCIO MOTEL (ROCKZILLA STAGE)

On arrive très à la bourre, mais on en verra quand même les deux derniers morceaux, dont la reprise des Beatles (Helter Skelter).

La foule est de taille correct, le groupe remarquera qu’il y a de nombreux français présents, notamment lorsqu’un hurluberlu lancera un « A poil la police ! ». Il faut dire que le sheriff est toujours avec eux sur scène à surveiller le groupe, la foule ..
Une bonne partie des musiciens viendra finir le concert directement dans le public, le son est bon, l’ambiance très festive, je suis vraiment déception de ne pas avoir vu le concert dès le début, mais ce sont les aléas des premiers groupes de fest qui jouent tôt bien malgrè eux.
Groupe à ne pas rater sur scène en tous cas.

On rate ensuite THE GRAND ASTORIA, on voit de loin THE MACHINE qui n’a pas l’air mal du tout, mais on se réserve et s’abreuse et se restaure avant

SUMA (ROCKZILLA STAGE)

Très lourd, excellent concert. J’ai beaucoup aimé et le son a été écrasant. Certaines basses ont littérallement étaient énormes, faisant vibrer toutes les parties du corps, parfait.

Très bon concert, j’en avais un peu écouté avant le fest, il faudra que je me penche plus sérieusement sur ce groupe.
Un des meilleurs concerts du fest à n’en pas douter, mais c’est aussi le style un peu décalé par rapport au fest qui m’a plu en plus d’une musique très inspirée et prenante.

On zappe ORCUS CHYLDE dans une flemme légendaire, alors que j’aurai vraiment aimé les découvrir en live, je fais un tour sur BLACK TUSK mais je n’apprécie pas vraiment et du coup je m’éclipse à nouveau à l’extérieur.

MONKEY3 (SOUND OF LIBERATION MAIN STAGE)

Auront l’occasion de jouer sur la grande scène et cela fait vraiment plaisir. On voit enfin le groupe (à chaque fois à Paris aux Combustibles, on voit à peine les zicos, très peu la vidéo en fond .. ). Ici c’est magnifique, les lumières sont terribles (toujours le cas avec cette salle d’ailleurs), la projection en fond est immense et parfaite, le son excellent, bref cela prend une toute autre dimension qui fait vraiment plaisir à voir surtout quand on connait bien le groupe et l’ayant vu dans des conditions bien différentes.

Un grand kiff, un grand voyage, un grand groupe tout simplement.

Je vois un court passage de BRAIN POLICE, cela a l’air vraiment pas mal également, mais on m’appelle pour une nouvelle pause, parfois je ne peux pas résister.

UFOMAMMUT (SOUND OF LIBERATION MAIN STAGE)

Cela me fait vraiment plaisir de voir ce groupe, j’adore les dernières réalisations et la toute nouvelle en date promet de nombreuses écoutes. Les trois écoutes que j’ai pu faire avant le fest m’ont vraiment scotché une nouvelle fois, et en live j’ai toujours apprécié.

C’est une nouvelle fois excellent, même si j’ai un peu plus de mal avec les longueurs. Je pense que c’est dû au fait d’avoir un peu de mal à rentrer totalement dans le concert. Peut-être un son pas assez fort ou lourd (cela l’était un peu quand même), peut-être une salle trop grande (malgrè les lumières magnifiques une nouvelle fois).
Certainement que j’en attendais tellement tellement, que je n’ai pas pris une nouvelle claque.
Mais cela a été un très bon concert tout de même … Vivement le prochain. A ne rater sous aucun pretexte pour qui aime voyage dans les abysses.

RED FANG (ROCKZILLA STAGE)

S’il y a bien un groupe à la mode en ce moment, c’est bien eux. Ils ont un succès qui explose de toutes parts, certes ils n’en sont pas à faire d’énormes salles de concerts, mais qui sait, cela peut être plus proche que l’on ne croit parfois.

J’ai beaucoup aimé leur album, mais les écoutes répétitives ont commencé à me saouler un peu à la longue. Heureusement, ils ont des clips assez cools qui font parler d’eux par leur côté fun. Au Hellfest dernier, j’avais été surpris en live, pas forcément positivement. Mais vu le monde, je m’étais dit qu’on verrai plus tard lors d’une autre date.
Et là, j’ai eu cette confirmation: c’est bien cool mais on peut dire que c’est quand même bien surestimé. Disons que le groupe joue, il y a de supers compos, mais finalement il manque vraiment une flamme, surtout en live, j’ai envie de dire. Le jour où ils la trouvent, ils tuent tout le monde avec, mais pour le moment je reste très dubitatif sur la longévité du groupe.
Encore une fois, on passe un moment sympa, bière à la main, mais …. déçu quand même car j’ai eu ce que j’attendais. Ou plutôt, j’attendais d’être positivement surpris.

Dernier concert du festival (officiel) pour moi ce soir, je zappe COLOUR HAZE pour aller au concert des teutons de CREMATORY à deux kilomètres de là, concert que je voulais absolument voir (report de l’autre concert dans un autre article, une fois de plus).
J’ai déjà vu et reverrai plus tard Colour Haze ..

Retour après ce concert pour aller à l’After-Party

 

ABRAHMA (RAW TEMPLE AFTER PARTY)

Anciennement ALCOHSONIC, enfin les anciens membres !

Beaucoup de changements ont eu lieu, enfin j’espère. Et cela a l’air d’être le cas, les compos sont plutôt cools, scéniquement j’accroche un peu mieux.
Mais le gros hic, c’est que le son est totalement merdique. Devant on a le son des grattes et pas la voix, trois mètres en arrière on a la voix surmixée avec un accompagnement … bref le son est pourri, la scène est une planche sur des caisses de bières (bonjour la sécurité).
Il y a un peu de monde, et la salle est particulièrement cool.
Je ne dirai pas grand chose de plus sur le groupe car vu le son, on ne pouvait vraiment pas juger et c’est vraiment dommage. Les gens ont eu l’air d’apprécier et ça c’est cool, bravo les frenchies, qui étaient particulièrement à l’honneur dans ce festival.

Conclusion Jour 3 : samedi 21 avril

Les bières dans cette salle étaient assez chères alors que tout le long du festival cela était bien abordable, comme partout ailleurs dans cette capitale.

 

Conclusion Générale

Très bon fest, ambiance vraiment cool, pas trop de monde, une vraie taille humaine, relaxant, ce n’est pas un marathon.
Ensuite, on peut faire des découvertes, ou prendre son temps et apprécier, c’est cette option que j’ai choisi pour ce fest, pour une fois.

Oui j’ai eu du mal à résister à boire des coups, à prendre du bon temps dans le BierGarten etc… le report s’en ressent largement, mais en même temps avec les concerts supplémentaires que j’ai pu faire, cela m’a fait un WE assez chargé de concert quand même. Et que des bons groupes, donc je ne peux pas me plaindre…. sauf que ce report est le moins dense en terme de groupes vus que j’ai pu faire en fest, mais vous ne m’en voudrez pas j’espère.

Je ne sais pas quel sera le bilan du DesertFest sur les deux éditions. Apparemment tout était soldout quelques jours avant, donc je pense qu’ils vont s’y retrouver, et peut-être vont-ils nous proposer une nouvelle édition en 2013 ?
Aura-t-on l’honneur d’en accueillir une dans notre capitale française ? Ce serait le pied .. il faut bien l’avouer.