Front 242 + Arnaud Rebotini @ Gaîté Lyrique (Paris), le 30 Septembre 2011

Découverte de cette salle en plein coeur de Paris.
Je m’attendais à quelques chose de bien plus grand, finalement, c’est environ 750 qui occuperont la salle ce soir. C’est d’ailleurs sold-out depuis quelques jours.
Ce lieu n’est pas qu’une simple salle mais bien un complexe artistique assez conséquent.
Pour tous les détails, rendez vous sur le lien ci-après qui détaille le lieu : http://www.gaite-lyrique.net/informations-pratiques/le-batiment-Espaces-Equipements

Arnaud Rebotini – 2Tone Vision Live

(www.myspace.com/arnaudrebotini)

La présentation de la soirée en disait ceci :
Ancien membre du groupe d’Electronic Body Music, Black Strobe, Arnaud Rebotini est l’un des rares dj à réunir la puissance du rock et le groove mécanique des machines. Il joue avec un élan saturé des sons rétro-futuriste sur son synthétiseur et sa boîte à rythme. Depuis 2008, il a abandonné totalement l’ordinateur, perçu comme une entrave à sa liberté de musicien. 2Tone Vision Live est son dernier spectacle qu’il vient jouer à la Gaîté lyrique qui mélange musique et image. L’homme à la moustache a imaginé un dispositif de 4 webcam scrutant la salle qui est projeté sur 2 écrans géants. Il se présente au centre de sept synthés, tandis qu’en façade le veejay Frank Esposito pilote webcams et vidéo.

C’est vraiment sympathique, c’est de la techno assez simpliste mais réalisée en live, c’est déjà peu fréquent dans ce style pour le mentionner.
Les écrans sont déployés sur les côtés de la salle, on est immergés dans sa musique et on se laisse porter ..
Intéressant.

Front 242

(www.front242.com)

La présentation de la soirée en disait ceci :
Fondé en 1981, FRONT 242 est à l’origine de l’Electronic Body Musis, genre de musique électronique froide et dansante apparenté au mouvement new wave, ce genre musical apparu juste après le punk et avec la nouvelle vogue des synthétiseurs. Le groupe belge a eu la vision d’un monde cyber en associant images projetées, montages de voix et sonorités électroniques dès 1983 puis l’a mis en musique et en scène de façon radicale. Daniel Bressanutti et Dirk Bergen créent une musique radicale et minimaliste associée à une imagerie dure et paramilitaire. Après s’être séparés en 1993, les Front 242 (à prononcer front deux quatre deux) se reforment en 1997 avec l’intention de faire des versions nouvelles de leurs anciens morceaux mais finalement composent de nouvelles créations.

Là c’est d’un tout autre niveau.
Dire que j’attendais de voir Front 242 en live est un euphémisme.
Nombreux sont les groupes actuels qui ont été inspirés par Front 242, surtout dans la mouvance électro, indus et j’en passe.
Bref, les gars ont une certaine carrière et on peut le voir dès qu’ils arrivent sur scène, ce ne sont pas des petits jeunes, c’est le moins que l’on puisse dire.
Le chanteur a vraiment une voix terrible, cela fait vraiment plaisir de le voir sur scène (je pense notamment à l’excellentissime projet COBALT 60).

Donc … excellent show, beaucoup de classiques bien sur, une ambiance qui a un peu de mal à décoller par contre .. sauf sur un ou deux titres.

Seul l’écran géant en backdrop est présent, et ça le fait assez bien, les visuels déchirent.

Pas grand chose d’autre à dire. Un excellent moment que je n’aurai raté pour rien au monde. J’avais réussi à les rater l’année passée en Belgique…
Bref .. à revoir, ça c’est sur.