Devin Townsend Project @ Roxy Club (Prague, République Tchèque), le 22 Mars 2011

Lors de cette journée du 22 Mars, on apprend que la salle parisienne l’Elysée Montmartre a pris feu, et une partie de la salle et la scène sont bien endommagés, cela remettant en cause le festival PARIS EXTREME FEST, qui devait avoir lieu en cette fin de semaine.

Cela me conforte fortement dans l’idée que j’avais eu d’aller voir Devin Townsend en tête d’affiche à Prague, plutôt que lors d’un festival qui avait du mal à me motiver.
D’autant plus que ce concert se déroule dans un club assez petit mais réputé, que j’avais eu l’occasion de visiter.

Devin Townsend est quelqu’un que j’apprécié énormément, étant un grand fan depuis de nombreuses années de tous ses différents projets (qui vont du géniallissime, à l’excellence pour les ‘moins bons’, c’est dire le niveau).
Malgrè ma connaissance du talent du sieur, j’avais pris une énorme baffe lors du concert au Brutal Assault’10 sous une averse hallucinante et démentielle.

Bref, c’est peu de dire que j’en attendais encore une fois beaucoup de ce concert !

J’arrive donc dans la salle assez tot, le premier groupe est AEON ZEN, et je n’en parlerai pas, car pendant 40minutes , j’essaie plus d’échapper au son qu’autre chose. Je suis resté 2 minutes, le temps de voir que la mauvaise impression que j’ai eu via leur myspace se confirmait en live (www.myspace.com/aeonzen). Techniquement ils sont bons, mais musicalement c’est une sorte de Heavy Prog qui ne me passionne absolument pas.
Je ne comprends même pas le choix de ce groupe en 1ère partie ce soir !

La salle en mode concert est fort agréable, plusieurs centaines de personnes (entre 500 et 700 je pense), bien comble lors de la tête d’affiche de la soirée.
Encore une fois dans cette ville, les consommations sont très peu chères, alors que nous sommes dans un club, je le rappelle !

DEVIN TOWNSEND PROJECT

15 minutes avant d’entrer sur scène, les morceaux diffusés dans la salle sont en fait la bande son préparée par Devin, via son monstre Ziltoid qui aurait piraté une radio virtuelle.
On aura droit à quelques pépites de ce qu’il y a de pire musicalement « Barbie Girl », Beyoncé et autres choses du genre, entrecoupés des interventions de Ziltoid, vraiment sympa et fun.

Les lumières s’éteignent et les deux écrans sur scène lancent une vidéo de ce monstre Ziltoid sur un fond de techno bien connu (ne me demandez pas le titre), et c’est en fait une sorte de sketch pendant 5 minutes. Ca fait du bien de commencer un concert avec un tel sourire (et c’est rare à vrai dire).

La troupe de Devin arrive sur scène avec « Addicted ». Devin nous salue et dit quelque chose comme « marrant, il ne pleut pas cette fois ci », en référence au Brutal Assault l’année passée.
Le concert a été tout simplement magistral.
Un son assez bon (mais parfois un peu trop de basses), une setlist géniale, mais on n’en doutait pas. Il n’hésite pas à taper dans tous les albums de son projet solo, rien de SYL ou autre bien sur !

Devin Townsend est en super grand forme. Tout y passe, les grimaces, les mimiques, le jeu avec le public, l’humour de bas étage qui fait marrer tout le monde, tout en assurant de manière hallucinante.
Il n’arrête pas de parler, en anglais, et parfois va un peu vite, donc ce n’est pas évident de capter 100% de ce qu’il raconte, seul petit bémol éventuel.

Sinon .. bah une claque en pleine face une fois encore.
Je ne sais pas comment dire, mais je suis fan de tout ce que Devin fait. Il n’y a pas une chose dans son attitude, sa démarche musicale, ses albums etc .. que je pourrais vraiment lui reprocher.

Si jamais j’étais un artiste et si j’avais l’occasion de collaborer avec lui, ce serait pour moi la consécration !
Je ne vais pas faire plus d’éloges, sinon je pourrais en écrire un bouquin, mais le concert d’1H50 a été purement jouissif.
Les passages bien bourrins cartonnent, les passages ultra-aériens (Terria, Life) d’une beauté sans nom.
Le Devin et son humour n’hésitant pas à s’auto-vanner « Attention, et maintenant le solo le plus pourri qui existe » (sur Life, justement)…. donc pas le droit de le rater ensuite bien sur !

Le public tchèque acclamera le groupe pendant plus de 5 minutes à la fin du concert, forçant le groupe à revenir pour une deuxième partie de rappels, il n’y aura qu’un seul titre ce coup-ci, tiré du dernier album, et Devin fait monter une petite quinzaine de personnes afin de faire la fête tous ensemble sur scène sur ce morceau!

En somme, un concert qu’il ne fallait pas rater, et j’espère que l’organisation parisienne arrivera à maintenir son festival pour que les parisiens puissent profiter de ce concert ! (sinon il reste les Metallurgicales à Denain le 11/06/2011 pour les amateurs).

Génial Devin !
Allez … ce qui me ferait encore plus plaisir que de voir un tel concert … serait un show Strapping Young Lad basé sur l’album City en entier … mais ceci est une autre histoire.