DesertFest @ Berlin, du 28 au 30 Avril 2017

Day 1 : Vendredi 28 Avril 2017

Le début de cette journée de festival est assez tardif, donc on en profite pour prendre l’apéro longuement.

On commencera très rapidement par passer voir Venomous Maximus mais en 15 secondes, on se rend compte que non, on passera notre chemin, pas pour nous.
Donc le premier groupe sera Bongzilla (Main Stage). Avec plein de fumée (sans feu, mais avec pétards) sur scène, le groupe se met en condition et est fidèle à lui-même. La salle est bien remplie, le son assez bon, mais le show est un peu trop classique, sans vraie folie. Donc sympathique mais finalement pas transcendant.

On part voir Desert Mountain Tribe (Cassiopeia), qui propose une bonne musique bien sympathique. Le concert passera rapidement et on est prit au jeu dans leur musique. Ca fait du bien de les avoir vus, j’en avais apprécié l’écoute avant le fest, et la confirmation est bien là.

Passage sur Tuber (Foyer Stage), instrumental, intéressant, mais pas grand chose à signaler.

Puis Wolves In The Throne Room (Main Stage), pas mal mais finalement pas incroyable en fait sur cette belle grande scène. Un peu déçu car je les attendais de pied ferme après pas mal d’année sans les avoir vus live.

Sur Elephant Tree, c’est juste impossible de rentrer. Il y a bien trop de monde dans la file d’attente du Cassiopeia, et on est obligé de rater une bonne partie du concert, on n’arrivera à rentrer que pour les deux derniers morceaux. Vraiment pas mal du tout, un bon gros son qui fait plaisir, une musique assez lente qui se déguste. Je comprends qu’il y avait du monde qui voulait les voir. Depuis le temps que j’entends parler du groupe, j’avais écouté récemment et c’est une belle confirmation.
On passera aussi sur Toundra (Foyer Stage), où il y a beaucoup de monde, donc on reste loin mais on en profite sur leur musique instrumentale qui sera assez énergique pour le coup. Un bon concert.
J’ai vraiment adoré le dernier album de Yuri Gagarin (Cassiopeia), donc je voulais voir le rendu live et c’est plutôt pas mal du tout, même si c’est encore une fois bien bondé. Du coup, un peu oppressant pour moi … mais le concert fut bien bon une fois de plus.

Ensuite on passe voir Saint Vitus (Main Stage),  mais je n’ai pas du tout accroché à ce que j’ai vu, donc la journée s’achève ainsi, une première petite journée bien sympathique, avec quelques bons groupes et du bon son.
Allez, il est l’heure des bonnes Currywurst avec quelques dernières bières pour la route du retour vers l’appart. Berlin de nuit, c’est vraiment cool, surtout dans cette partie de la ville. Un bonheur.

Day 2 : Samedi 29 Avril 2017

La journée du samedi s’annonce bien intense et intéressante.
Le seul problème de ce festival est que les concerts commencent en fin d’après-midi, 17H fait un peu « tard » lorsqu’il y a autant de groupes. Surtout quand on se retrouve avec un running-order où plein de bonnes choses se chevauchent. Très dommage de ne pas pouvoir profiter de tout comme auparavant. Surtout que je ne vois pas vraiment pourquoi le festival ne peut commencer plus tôt, les voisins ne sont pas embêtés etc…
Il va falloir faire des choix draconiens, mais c’est comme ça …

Ce jour, les fouilles à l’entrée du festival sont plus intenses que la première journée, on se doit donc d’attendre un peu plus et de vraiment finir tout ce qu’on a sur nous avant d’entrée (et il y avait du stock).
Bref, début de cette journée de concert avec Domkraft (Foyer Stage) dont j’avais apprécié l’écoute préalable, et je dois dire qu’en live c’est très très bon. Excellente surprise et confirmation. J’espère bien pouvoir les revoir prochainement, en tous cas j’écouterais avec beaucoup plus d’attention ce qu’ils ont pu produire mais malheureusement j’ai raté leur merchandising suite à de mauvais conseils d’un vendeur (« vous inquiétez pas, ça sera dispo un bon bout de la soirée »… bah non).

J’ai tenté un bref passage sur Killer Boogie (Badehaus) mais cela ne m’a absolument pas convaincu et je suis donc allé voir Mars Red Sky (Main Stage) où la grande salle était bien remplie. Le son excellent, les lights idéales, bref je n’ai pas vu tout le concert et du coup je regrette un peu… Excellent show tout de même … il est vrai que leur musique est très bonne, envoûtante, et cette salle était parfaite pour eux.

GOLD (Cassiopeia) m’avait impressionné sur album. Un excellent opus passé apparemment inaperçu. Et pourtant la qualité est là. J’ai été surpris de l’annonce de la présence de ce groupe dans ce festival, mais content. Et le Cassiopeia se remplit bien pour accueillir le groupe au complet (et nombreux).
La prestation sera parfaite, envoûtante. La chanteuse est plutôt théâtrale, ne bouge pas beaucoup mais mets dans son attitude et ses gestes toute l’intensité de la musique. Du coup il est difficile de regarder autre chose. On est captivé et la musique fait son effet. Une vraie belle prestation, juste parfaite, avec un excellent son, ce qui rend donc ce moment comme un des meilleurs concerts du weekend. Tout simplement. Hâte de les revoir également.

Suma (Foyer Stage) m’avait beaucoup plu lors de leur découvert dans ce même DesertFest il y a quelques années, mais la surprise passée, il est vrai que ça s’essouffle un peu. Le passage sur Paris restait impressionnant mais pas inoubliable. Et finalement c’est la même chose ce jour. On retrouve un bon son, une grosse lourdeur. Mais … il manque quelque chose peut-être .. ?

Lowrider (Cassiopeia) nous fait l’honneur de faire un show spécial qui sera composé de plein de vieux morceaux. Et dans cette configuration « petite salle », voir le groupe ainsi est juste un véritable régal. Du bon stoner qui envoie bien, la bonne ambiance en plus, comme si on était avec des potes ..

Excellent concert qu’on est obligé d’abréger un peu car la légende Sleep joue sur la Main Stage. Dans une ambiance verte exclusive. Finalement, beaucoup beaucoup de monde, mais pas grand chose d’intéressant. Je pense qu’étant arrivé tard, j’étais mal placé pour profiter comme il faut, du coup petite frustration .. mais deux groupes aussi énormes en même temps, le festival n’avait pas le droit de faire ça !

Allez, fin de journée pour nous. On s’amusera à aller se balader vers le Berghain et apprécier l’entrée aléatoire des gros videurs qui ne nous laissent pas rester bien longtemps dans les parages. Cocasse et énervant à voir tout ça .. mais c’est un autre monde.

Day 3 : Dimanche 30 Avril 2017

On va commencer la journée avec les suisses de Closet Disco Queen (Badehaus). Le duo ravage la petite salle pas très remplie, mais le peu de gens présents savent apprécier comme il se doit la qualité du groupe. J’ai vraiment beaucoup accroché. Excellent, une belle entrée en matière pour cette dernière journée de festival.

Je passe faire un tour rapide sur Mother Engine (Main Stage) qui confirme là tout son talent.

Juste impressionnant aussi, mais problème de chevauchement de running order, je dois écouter le set pour aller découvrir UR (Cassiopeia), qui propose là un excellent set également. Un très bon son, bien lourd… efficace. Convaincu !

En passant découvrir live un groupe que j’avais un peu apprécié sur album, Motorowl (Cassiopeia), je me rends vite compte que ce n’est pas du tout pour moi en live.

Du coup je pars voir Pontiak (Foyer Stage) dont j’ai bien apprécié sur album aussi et une fois de plus, je suis relativement déçu.
Vient alors Lowrider (Main Stage) qui assure une fois de plus le show. Le rendu est un peu différent de la veille dans la petite salle. Là c’est très bon également, mais on ne peut s’empêcher de se dire qu’on a eu droit à un petit concert privé spécial la veille qui était fort bon.
Je vois la fin de Cosmic Dead (Foyer Stage) qui est fort convainquant. Je n’en attendais rien et ce dernier quart d’heure était assez surprenant.
Puis vient John Garcia (Main Stage) qui a livré un concert juste énorme. Une grosse 1H15 de folie, avec les tubes, l’énergie, un public aux anges et un son excellent. Que demander de plus ? LE concert de JOHN GARCIA que je retiendrai dans ma mémoire …

Puis pour finir le concert, allons découvrir Tschaikai 21/16 (Foyer Stage) qui ont déjà la palme du nom le plus original. Ensuite… musicalement, c’est complètement bon et fou. Trompette, batteur en feu etc… un mix de tout ça qui rend la prestation complètement accrocheuse et malgré l’heure tardive on reste jusqu’à la fin pour apprécier ça au max.

Finalement ce festival se résume maintenant à une sorte de 3 grosses soirées consécutives.
Deux salles en plus, permettent de varier un peu les plaisir, répartir les gens, mais bien entendu cela a des conséquences (on ne peut sortir du site principal avec sa boisson pour aller dans un autre concert etc.. ).
Des choses qui m’avaient initialement fait choisir Berlin au lieu de Londres et sur lesquelles je vois que Berlin prend la même direction.
En tous cas le lieu est toujours aussi cool et intéressant.
3 jours bien agréables, à profiter des rayons de soleil, des bonnes bières à dispo etc …

 

 

 

Un peu d’ambiance :