SubRosa + Sinistro @ Espace B (Paris), le 10 Octobre 2016

Une belle date que voila, avec deux groupes forts intéressants.
Dans une salle où les horaires sont un peu chiants, les concerts commencent un peu tardivement, du coup on doit pas mal attendre après le boulot (ou faire du rab au taf 🙂 )
Cette salle propose certes des concerts un peu en marge, mais il est vrai qu’on ne voit quasiment rien non plus. La scène est quasiment à hauteur du sol, donc dès qu’il y a un peu de monde, il vaut mieux bien se placer si on veut y voir quelque chose.
Ce soir, la salle est bondée de monde, c’est assez impressionnant, une grosse centaine de personnes quand même.

Sinistro

 Je connaissais juste un peu leur musique pour avoir écouter leur album deux ou trois fois il y a quelques mois. Je dois dire qu’en live, c’est assez bien réalisé.
La chanteuse accapare tous les regards par sa prestation, vocale et physique, car elle semble habitée par un côté théâtral qui donne un peu de profondeur à son rôle. Ce n’est jamais trop, c’est bien dosé.
Le son est bon, et on plonge dans cet univers parfois un peu étrange, parfois un peu spoken-word, mais surtout proche d’un doom mélancolique, où parfois je pensais un peu au côté musical de My Dying Bride (oui on en reste quand même loin, mais il y a un petit quelque chose qui m’y a fait penser)
Prestation qui m’a été gâchée par deux ou trois cons qui ne cessaient de discuter, comme s’ils n’en avaient rien à foutre. Ces mêmes personnes qui créeront des problèmes également pendant le groupe suivant, finissant, par le courage de certains (dont je ne fais pas partie), de réussir à virer ces parasites de la salle avec l’aide du videur.

SubRosa

Le groupe arrive bien à l’heure dite, et nous propose donc ses morceaux, dont j’aurai du mal à dire sur lequel de leurs trois derniers albums ils se trouvent.
Le chant est particulier, comme sur album mais peut-être plus « brut », du coup certains peuvent être surpris.
Mais quand on connait le groupe, rien n’est vraiment surprenant ni dérangeant.
C’est sûr que cette prestation est loin de celles que j’avais pu déjà voir de leur part, que ce soit au Hellfest ou bien dans un mini festival à Brooklyn.
Ici, en format club, avec un son plutôt bon, ça rend très bien. Les moments très calmes sont parfaits, on pourrait entendre une mouche voler (s’il n’y avait pas quelques cons dans la salle, cf plus haut). Et quand la folie arrive, c’est un maelstrom sonore de bonne facture.
Seules les conditions où on se sent un peu entassé, sans voir grand chose rendent ce concert un peu moins magique qu’il n’aurait du être.
Cependant, il y aura une belle session de rattrapage très prochainement au DesertFest d’Anvers, dans des conditions qui s’avèrent meilleures.
Bonne, très bonne soirée !