Rob Zombie + Powerman 5000 @ Bataclan (Paris), le 12 Juin 2014

Quelle belle affiche dans cette moyenne salle. Pouvoir revoir cette icône du Zombie-Métal dans la capitale, dans cette petite salle, loin de la grandeur d’un festival comme il y a deux ans fait plaisir. Et est rare car apparemment, même avec les excellents White Zombie, leur dernier passage parisien daterait de 1992.

Du coup c’est sold-out ce soir, donc ambiance un peu « chaude » au sens premier du terme.

Powerman 5000

C’est donc le petit frère de Rob Zombie qui prend la scène d’assaut à peine l’heure de l’apéro arrivée.
J’ai aimé le groupe vers la fin des années 90, débuts 2000, lorsqu’ils proposaient des albums encore bien intéressants. Plus les opus se sont succédés, plus c’est devenu mielleux et insipide.
En live, c’est vraiment mauvais. Le son n’aide pas. Des riffs saccadés balancés en jumpant, avec un frontman qui a un look « vendeur » pour un set que l’on ne supporte pas plus de cinq minutes.
Même lorsqu’on arrive aux vieux morceaux, cela est tout bonnement chiant. Aucun intérêt. Quelle déception ..

Rob Zombie

Bien évidemment, quand le sieur arrive, la foule réagit au quart de tour.
Le décor est plutôt pas mal et on sent que ça va pouvoir être bien sympathique.
Premier morceau vraiment moisi. Ok, ça ira certainement mieux ensuite.
Mais non, tous les morceaux s’enchainent, le son est vraiment moyen et tout est poussif, on pourrait même dire relativement chiant. Et pourtant le public répond présent et l’ambiance est de mise. Tant mieux.
Au bout d’un quart d’heure je me demande pourquoi je reste et au bout du concert je regrette de ne pas être parti.
1H15 de concert, avec en plus du blabla, des rappels inutiles (à chaque fois tout le monde part puis revient puis repart pour revenir .. )
Je ne comprends pas l’utilisation de John 5 dans le groupe. Un des meilleurs guitaristes de métal, j’adore sa carrière solo plus que ses incursions dans les groupes (Marilyn Manson, Rob Zombie depuis 2005 etc .. ). Là, je me demande comment il fait pour ne pas se faire chier avec des riffs totalement basiques (voire inutiles).
Seul moment cool, lorsqu’il sort une guitare faite de LED qui éclaire voire ébloui un peu trop.
Grosse déception donc, d’un concert que je pensais être très bon de part l’ambiance un peu plus « club » (pour ce type de groupe).
Avec un prix des places assez élevé (42€ quand même), on ressort avec un gros goût de foutage de gueule. Pourtant certains ont apprécié. Tant mieux pour eux.