Groupe: Cult Of Occult: Chronique de l’EP et interview.

Liens divers

www.cultofoccult.com

www.myspace.com/cultofoccult

www.facebook.com/cultofoccult

Un peu de son ? Allez voir leur http://soundcloud/cultofoccult

Ou leur Bandcamp : http://cultofoccult.bandcamp.com

Chronique de l’Ep Cult Of Occult

J’ai eu l’occasion de découvrir le groupe lors de leur concert aux Combustibles avec The Wounded Kings & Ataraxie en Mars dernier.
Je ne connaissais pas du tout et ma première expérience avec ce groupe a été assez lourde, forte, puissante et surtout lancinante.
Les basses étaient de la partie, la tête d’ampli voulait même s’échapper de son socle tellement elle souffrait.

L’EP en main (n°21/100) à la fin du concert, j’étais reparti de là avec la sensation d’avoir pu découvrir quelque chose d’intéressant.
Le groupe m’a ensuite contacté pour faire une chronique de l’EP, ce que je fais ici, j’en ai profité pour avoir une interview, qui sera particulière, cf plus bas.

Bref cet EP est en format digipack simple. Magnifique logo du groupe en pochette. A l’ouverture, une inscription s’affiche « Ad Majorem Sathanas Gloriam », ce qui signifie pour les moins latinophiles d’entre vous « A la gloire du grand Satan ». C’est une expression religieuse détournée, bien évidemment.
Ceci fait, on met la galette dans le lecteur, et là, j’espère que vous avez fait attention au volume, car les basses sont monstreuses. A tel point que l’on peut avoir l’impression qu’elles saturent.

Les morceaux s’enchainent, le rythme est sensiblement identique tout au long des 40 minutes. Parfois un petit coup d’énervement, mais c’est pour mieux repartir plus profondément dans les abysses torturées du groupe.
C’est très lourd, on ressent la sensation d’épuisement à force d’écoutes tel une enclume sur la tête, un travail à la chaine sur cette musique serait parfait.
L’EP s’achève, c’est une délivrance. Dans des jours maussades, on se laisse porter par l’envie de le faire tourner en boucle.
Certes, en live c’est beaucoup plus explicite, une vraie expérience. Mais cet EP n’est qu’un début et il commence déjà fort. C’est particulier. On ne met pas cet EP pour se détendre, pour s’amuser ou en musique de fond.

En bref, un EP intéressant d’un groupe en devenir. Je ne sais pas dans quelle direction ils vont partir musicalement, mais ne ratez pas ce groupe, ça vaut l’expérience (j’avoue que cela ne plaira pas à tout le monde).

Le groupe a assurément choisi un nom parfait, ou plutôt il a su définir sa musique via le nom du groupe, ce qui est déjà un bon élément. Ensuite, ils cultivent ce délire occulte. Il suffit de voir l’interview ci-dessous, qui est la restranscription exacte de ce qu’il m’ont répondu par mail.
Je n’ai rien changé, je n’ai pas tout compris non plus, mais c’est ma manière de faire les interviews: les groupes sont un peu responsables de la qualité du rendu. Je ne suis pas journaliste, j’essaie juste de partager mon opinion et de faire connaitre un peu plus les productions qui le souhaitent.

Interview Cult Of Occult

– Pouvez vous vous présenter en quelques mots ?

Concealed from the view of the moribund mass of humanity, hidden in the darkness of the gates of Hell, waiting to spread the evil sound of the extermination of life is the most powerful and misanthropic force. Fed by hatred, loudness and alcohol, the four headed monster of Apocalypse will destroy everything on its way with its unwavering wall of sound. Like the scream of Satan himself the fury of the troopers of doom is deafening, intoxicating and damned addicting.

Feel the ethylic vapor impregnating the audience, be conquered by the slow devastating groove, chant the name of Lucifer, dance with us on heavy riffing and worship the soundtrack of the end of days.
CULT OF OCCULT plays for black masses, sacrifices, satanic rituals, dark ceremonies and unholy meetings.

– Aviez vous d’autres groupes avant ou est-ce pour chacun d’entre vous votre premier projet ?

Premier groupe voué aux incantations.

– Comment définir votre musique si cela est possible ? (exercice toujours difficile certes, je dirai une sorte de sludge virant vers le doom lent et ultra lourd).

SLUDGEEVILDOOM

– Quels sont vos thèmes de prédilections dans les paroles, que voulez vous faire passer comme « message » ?

SATAN

– D’où vient ce magnifique logo ? Un certain culte de toutes les significations plus ou moins occultes ?

CPG
– Comment obtenez-vous ce son aussi lourd ?

En invoquant SataN.

– Quels sont vos projets ?

Répandre le Malin.

– Lors des concerts vous avez déjà rencontré de gros problèmes techniques ? Je me rappelle aux Combustibles la tête d’ampli qui était à deux doigts de tomber, tellement les vibrations étaient énormes. Pas de problèmes avec vos voisins lorsque vous répétez ?

On a plus de voisins…

– Autre chose à ajouter à cette petite interview basique ? Un mot de la fin ?

Merci à toi !