Bring The Noise, OüiFM Festival : Anathema au Petit Bain (Paris), le 29 Novembre 2011

OüiFM a eu la bonne idée de faire la seconde édition de son festival « BRING THE NOISE« . 3 dates rock voire métal, avec des places gratuites, parfait. Sauf que pour obtenir ces précieux sésames, il faut suivre la radio pop parfois soft-rock.
Autant dire pas vraiment mon truc, donc il faut certains contacts, et je remercie encore une fois GRANDEMENT les personnes très agréables qui m’ont permis d’obtenir ces tickets. Oui les gens gentils existent encore et cela fait plaisir.

Je viens directement pour le début d’Anathema, et ce soir ils sont en mode « Freres Cavanagh plus chanteuse ». Autant dire la moitié du groupe. Pour un set simili-acoustique…

Le guitariste balance quelques rythmiques qu’il séquence en début de morceau en guise de percussion … mouais …
Les morceaux sont très calmes, soit. En fait je ne supporte pas vraiment Anathema sur scène, car je n’ai jamais vu un concert qui m’a transporté comme les albums peuvent le faire.
Le fait d’avoir croisé le groupe de nombreuses fois en festival etc … avec une setlist quasi exactement identique à chaque fois, très calme, m’a un peu rebuté.
Cependant dans une petite salle comme ce soir, je pensais que cela allait prendre une toute autre dimension.

Mais pas vraiment. Cela fait un peu « répétition », les gars sont à la cool, on ne ressent pas d’émotion particulière alors que là est l’essence même des morceaux du groupe.
Ce ne sont pas les quelques couacs, le calme des morceaux, ou le groupe réduit qui gachent le concert, mais bien un tout.

C’était un peu la dernière chance que je laissais au groupe afin de me séduire sur leurs prestations live, maintenant je sais définitivement à quoi m’en tenir (à moins qu’un jour ils ne cèdent à la mode actuelle : un ou des albums entier en live… et il y a du choix !)

A noter le public au fond de la salle, au bar, qui ne cesse de discuter…. pendant un concert calme comme ce soir, je pense qu’il y a des baffes qui se perdent.
Aucun respect, c’est vraiment affligeant.